Résumé

L’article offre une réflexion sur l’utilisation de l’ethnographie visuelle dans l’étude des pratiques quotidiennes d’usage des espaces publics, appliquée à trois contextes urbains Italiens spécifiques: un quartier de logements publics dans la ville de Livorno, un quartier de la ville de Prato et une zone entre deux quartiers de la ville de Florence.

La comparaison de ces trois expériences de recherche – qui ont amené à la constitution du groupe de recherche Progetto LuVi – a comme objectif une réflexion sur la portée heuristique de l’usage combiné d’image et mot dans la recherche sociale et dans la co-construction d’interventions pour améliorer la qualité de l’espace urbain et de la vie.

La relation entre habitant et environnement urbain est complexe et multiforme et la possibilité de l’interpréter passe à travers la capacité des chercheurs de trouver solutions alternatives, ou plutôt complémentaires, à celles offertes par le langage verbal. Cela signifie, en premier lieu, se mettre en observation, dans le but d’identifier les éléments constitutifs de cette relation (les pratiques, la dimension relationnelle, les changements, plus ou moins cycliques et réguliers, qui se déroulent dans les différentes intervalles horaires, etc…). Cela signifie aussi engager les habitants dans la pratique de l’observation: la prédominance des composantes perceptives et culturelles dans la relation entre l’individu et l’espace, rend nécessaire un approche participatif spécifique.

En outre, si on reconnaît le processus perceptif de l’espace comme étant aussi un processus représentatif – vivre l’espace urbain conduit à produire des représentations de la ville – la production d’images peut devenir une plate-forme d’échange et de dialogue entre les différents acteurs impliqués dans la construction physique et sociale de l’espace et dans son étude.

Ceci est le cadre conceptuel dans lequel nous avons développé les trois expériences de recherche récolté dans cet article:

Dans le premier contexte, l’équipe de chercheurs était impliquée dans une recherche ethnographique dans deux quartiers de logements publics à Livorno. L’équipe a utilisé les outils de l’observation participante, des entretiens avec acteurs clés, de la récolte de récits de vie des habitants, de la récolte d’images photographiques (prises par l’équipe et par les habitants avec la technique du photovoice) et de la production d’une vidéo en time lapse d’une journée dans la vie de l’un des espaces publics plus fréquentés du quartier. Depuis le début, l’équipe de chercheurs a utilisé le langage visuel pour partager les résultats de la recherche avec les acteurs locaux (habitants, élus, etc). La recherche fait partie du projet “Ponec, popolare non è un concetto”, réalisé avec le soutien du Gouvernement Régional de la Toscane par le Centre interdisciplinaire de méthodologie des sciences sociales, Université de Florence (CIMESS). La recherche a fait l’objet de la publication “Dentro i quartieri di edilizia residenziale pubblica. Una ricerca etnografica per studiare la qualità dell’abitare”, Guerini, 2016.

Le deuxième contexte urbain est celui d’un quartier de la ville Toscane de Prato, qui est marqué par une sensible dynamique démographique et qui a vu l’arrivée, à partir de la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, des vagues migratoires successives partant par des lieux d’origine de plus en plus éloignés. Dans ce quartier, caractérisé aujourd’hui par la présence croissante des citoyens de nationalité chinoise, la chercheuse et la photographe impliqué ont travaillé ensemble à la récolte simultanée d’entretiens avec les habitants et d’images photographiques de leur quotidien, avec attention particulière aux parcs publics et aux espaces associatifs de quartier. Le produit final de la recherche a été une vidéo combinant plusieurs langages: textes écrits des entretiens, photos prises lors de l’observation et extraits sonores. La vidéo offre une représentation du quartier à travers les pratiques d’usage des différentes espaces dans lesquels anciens et nouveaux habitants se rencontrent: les parcs publics, les espaces associatifs, les cafés. La recherche et la vidéo composent une partie du projet Trame di Quartiere, realisé par Irisi Ricerche avec le soutien du Gouvernement Régionale de la Toscane.

Le troisième contexte urbain est celui d’une zone qui se développe autour d’une place publique, Piazza Pier Vettori, à Florence. Cette place était vécue intensément jusqu’aux années 80 par les habitants mais a aujourd’hui perdu sa connotation sociale. La place et ses alentours ont fait l’objet d’un processus participatif, promu par une association locale, réalisé avec le soutien de l’Autorité régionale pour la participation et coordonné par Sociolab comme partenaire méthodologique. Dans le cours du processus “Piazza libera tutti”, la production d’images a fortement caractérisé l’approche participative: un échantillon d’habitants a participé à un atelier de sociologie visuelle et les enfants du quartier ont été impliqués dans la conception d’une nouvelle place à travers les dessins. Le processus a emmené à la définition participative d’un masterplan pour le ré-aménagement de la place et à l’allocation des ressources publiques dédiées dans les deux prochaines années http://open.toscana.it/web/piazzaliberatutti/home.

La réflexion méthodologique sur ces trois cas explore les différentes étapes dans les quelles le processus de production et de collecte d’images et les outils de la recherche sociale se sont étroitement entremêlés: la phase d’accès au terrain, l’observation, le rencontre avec les acteurs sociaux des contextes urbaines, la phase d’analyse du matériel récolté, la co-construction de formes de représentation mêlant langages différents (mot écrit, images, sons) et la phase de montage des vidéos finales, produites en collaboration par les chercheurs et les photographes. A l’occasion de la Conference of Visual and Filmic Sociology, Progetto LuVi produira une installation vidéo inédite avec les produits visuels des trois expériences de recherche présentés.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
fabbruno (20 août 2016). Résumé. Sociologie visuelle et filmique. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tsm4


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search