Résumé

Contrairement à ce qu’on pourrait penser spontanément, les tâches de réalisation et de choix des photographies ne répondent pas aux mêmes obligations que celles de l’interprétation : les rapports entre sociologie avec les images et sociologie sur les images restent pleins d’ambiguïtés

La première ambiguïté apparaît dans la question de la mise en forme du réel observé, choisi, cadré : si, comme nous l’avons soutenu par ailleurs, la question du sens de l’image est inséparable de celle des formes, sa composition fait partie du travail scientifique. Il vaut mieux alors, pour utiliser les photographies (les siennes propres ou celles des autres), être un photographe aguerri et averti des pièges de l’image et de son commentaire : on peut voir là une première garantie de la scientificité de la démarche.

La seconde ambiguïté réside dans le fait que la prise de vue est marquée par une immédiateté et un conflit actif entre les dimensions sans nombre de l’expérience photographique. Il est illusoire de penser que le sociologue- photographe (ou le photographe-sociologue) maîtrise l’ensemble de ces données et qu’il puisse dans l’instant du 125ème de seconde mettre en accord les impératifs théoriques et pratiques qui sont au fondement de son projet. Même la réalisation de portraits figés ne cesse de contrecarrer le rêve de l’objectivité photographique.

Peut-on dire pour autant que le fait d’être sociologue ne constitue en rien un apport méthodologique et pratique décisif dans la réalisation de photographies « réussies » pour la sociologie ? La photographie d’illustration suffirait-elle, qui n’aurait d’autre (et suffisante) vertu que de suppléer agréablement à une description écrite minutieuse ?

La sociologie visuelle ne saurait rester dans cet enfermement, à la condition de montrer prudence, modestie et ambition. Il faut tout cela parce qu’il n’y a pas lieu de prêter à l’image une efficacité supérieure dans le processus de production de données en sciences sociales. Il faut aussi tout cela parce que la photographie semble être un enregistrement objectif et que le risque est de prendre pour objective une interprétation qui véhicule des valeurs abstraites.

Il y faut, en d’autres termes à la fois une grande modestie pour admettre la polysémie et l’ambiguïté de l’image et beaucoup d’ambition sociologique pour rendre compte de sa précision et de sa complexité.

A l’origine de cette communication, il y a un corpus de photographies réalisées sur le marché St Pierre à Caen, à l’aide d’un compact argentique. L’automaticité des réglages ainsi que la focale (28mm) ont rendu possible la prise de vue au jugé, sans visée directe des personnes. La méthode est celle de la déambulation lente, de l’ attention flottante et de la prise de vue sans visée directe, de façon à saisir « sur le vif » les personnes, les interactions, les groupes. Sans but clairement énoncé d’emblée, la démarche a peu à peu construit un objet : une série de portraits individuels et de groupes de personnes de catégories populaires sur une partie du marché, lieu de la vie quotidienne dominicale dans un milieu urbain.

Pour traiter sociologiquement ce corpus (750 clichés environ pris entre 2004 et 2007), on posera que l’image photographique est une construction sociale et une construction plastique. A ces deux titres, la photographie qui intéresse la sociologie présente la triple caractéristique de porter du sens par sa composition, de donner à voir un ensemble d’indices sociologiquement significatifs et de constituer ces indices en « tableau de pensée », ce qu’on appellera modèle visuel.

La communication posera l’hypothèse de l’existence, au cœur même de la photographie des sociologues, d’une pensée visuelle, produite par la mémoire et la perception ainsi que par la connaissance sociologique. Cette hypothèse est de nature à bousculer quelques principes méthodologiques et épistémologiques sur lesquels repose la tradition sociologique. Le commentaire analytique s’efforce d’ordonner ces exigences pour chaque photographie du corpus.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cardi (22 août 2016). Résumé. Sociologie visuelle et filmique. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tsnu


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search