Pourquoi la Sociologie visuelle et filmique ?

Le GT 47 a été créé en décembre 2012 après des réunions préparatoires aux Congrès de Paris (2009) et de Grenoble (2011).

La Sociologie visuelle et filmique explore ce que l’image et le son donnent à voir des réalités sociales, développe une réflexion sur leurs modes de capture, sur le montage et sur les voies de la narration qu’ils initient. Si depuis longtemps la Sociologie utilise les images fixes ou animées comme ressources documentaires pour construire ou asseoir ses démonstrations, il s’agit aujourd’hui de proposer des photographies et des films pensés comme produisant des connaissances. La Sociologie visuelle et filmique ouvre ainsi sur une conception renouvelée de la recherche sociologique en réalisant des documentaires scientifiques. Les questions scientifiques posées par cette démarche animent tous les sociologues praticiens de la photographie et de la vidéo :

Comment articuler les réflexions théoriques et conceptuelles liées à notre démarche (problématique, hypothèses, travail de terrain, observations…) avec les techniques audiovisuelles et l’écriture cinématographique (dispositif, capture d’images et de sons, montage, écriture filmique…) ? Autrement dit, comment, dans le documentaire sociologique, le sens vient-il à l’image tout en favorisant l’expression des résultats de la discipline ?
Quelles pratiques de l’écriture filmique entrent en phase avec la démarche sociologique, tant au niveau du recueil des données que dans les modes d’expression? En particulier, comment peut-on mieux aboutir à une co-production des connaissances entre sociologues-documentaristes et acteurs sociaux ?
Avec leur épaisseur technique, l’outil-caméra puis le banc de montage, peuvent-ils soutenir cette démarche de co-production en inscrivant celle-ci dans la durée ?
Quelle place donner à la narration dans le documentaire sociologique, laquelle est stratégique pour construire l’attractivité du film (alors qu’elle reste largement sous-estimée dans l’écriture de textes imprimés) ?
Comment la caméra vidéo peut-elle restituer le relief et la profondeur des images de cinéma ? Quelle place pour une écriture expérimentale ? Comment combiner documentaires de situation et documentaire de parole filmée ? Quels sont les statuts de l’entretien dans le documentaire sociologique ?
Comment chaque courant théorique en sociologie peut-il pratiquer l’écriture filmique pour rendre compte, utiliser ou bien encore expliciter ses paradigmes fondateurs
Comment former les jeunes sociologues au documentaire sociologique ?
Quels rapports proposer entre formations aux techniques vidéo (chronophages) et approfondissements théoriques en sociologie?

Enfin, le GT 47 a pour objectif de favoriser les échanges avec les autres centres de recherche (et d’enseignement) à l’étranger. Il œuvre pour le développement de la Sociologie visuelle et filmique dans l’Association Internationale de Sociologie, dans l’Association Européenne de Sociologie et dans l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française.

Contact : joyce.sebag@gmail.com