Sociologies visuelles et filmiques : un décloisonnement heuristique ?

par Joyce Sebag, Luca Queirolo Palmas et Jean-Pierre Durand

Organiser un colloque sur la vie quotidienne conduit à réunir des chercheurs issus de diverses disciplines au-delà de la sociologie (architectes, vidéastes, historiens…) tout en rapprochant des sociologues travaillant dans la grande diversité des champs de la discipline dont on sait combien les frontières sont trop étanches. Que ce colloque associe les disciplines et les champs sociologiques à partir d’un travail sur l’image est sa première raison d’être.

Le pluriel inscrit dans le titre de cette présentation a plusieurs significations : ce colloque mixe les préoccupations propres aux praticiens de l’image fixe avec celles des auteurs de documentaires vidéo. Au-delà, il s’agit de faire travailler ensemble celles et ceux qui utilisent des corpus d’images empruntées et celles et ceux qui réalisent eux-mêmes leurs images ou leurs images/sons. Enfin, l’éventail des pratiques et des démarches va de la critique radicale à l’usage modéré voire consensuel des images dans des projets et des réalisations dont la confrontation fait aussi la richesse de ce colloque.

La Sociologie visuelle et filmique cherche à rendre compte de la complexité qu’offrent les points de vues rarement univoques d’une interprétation du réel. L’évocation du mot science associé à sociologie pose d’emblée la question de la « vérité » qui lui est sous-jacente. Celle-ci peut-elle naître du foisonnement des récits ? La recherche lorsqu’elle prend la forme cinématographique ou photographique doit-elle modifier ses paradigmes fondamentaux ? Quelle place prend le sensible, la matérialité des objets et du corps, la symbolique des gestes pour l’intelligence de la vie quotidienne ?

La vie quotidienne

Mettre en images et en sons la vie quotidienne pousse les chercheurs à s’affronter avec les concepts de leur discipline y compris parce qu’il devient nécessaire de re-penser la question de la distanciation avec un objet aussi familier. Sujet universel ou sujet restreint ? S’arrêter sur des moments de la vie, ne pas en faire un continuum mais des fragments auxquels nous ne donnons pas forcément un sens global, qui ne prennent pas sens en eux-mêmes, mais qui, en y fixant notre regard, peut aussi révéler ce qui ne lui apparaît pas immédiatement. Par ses cadrages, ses multiples perspectives la sociologie filmique nous offre la possibilité d’analyser, ces scènes, ces moments, ces fragments de la vie quotidienne à partir de la diversité des regards.

Les images/sons et les auteurs approchent la vie quotidienne en questionnant la routine et la répétition, ou bien au contraire les ruptures imposées par la violence des adaptations nécessaires (chômage, déplacements, divorces, etc.). La ville, le travail, le quartier, l’école, la famille, le café, les relations intercommunautaires, les migrations sont autant d’objets qui se prêtent à la mise en image et en son. Dans leur diversité, des auteurs s’en tiennent à une simple description, à une énonciation alors que d’autres approfondissent leur approche en travaillant la dimension collective ou les positions individualistes du quotidien.

Le quotidien rattaché au social est, pour certains chercheurs, le prétexte —en particulier narratif— pour traiter des inégalités, des dominations et tenter d’atteindre les ressorts des grandes injustices qui traversent le monde. L’image, comme la sociologie, possèdent cette dimension politique —reconnue ou déniée !— pour se construire et trouver leur place dans des économies structurellement en crise. Mais alors, comment la sociologie visuelle et filmique s’empare-t-elle de l’indicible, de l’invisible et du concept pour « dire ce qui ne fait plus société » ?

Le point de vue ?

Questionner le point de vue dans la vie quotidienne est une façon de mettre en perspective la tension de ce qui semble être l’ordinaire (le « naturel ») du quotidien et la distanciation qu’opère la démarche sociologique pour l’appréhender et saisir certains ressorts de sa construction.

En sortant des méthodes traditionnelles de la sociologie scripturale (papier), la sociologie visuelle et filmique pose inévitablement des questions différentes en inventant des dispositifs qui renouvellent les rapports à l’objet d’analyse. Tel est le sens des questions posées dans chacun des quatre axes qui, nécessairement, circulent de l’un à l’autre.

  • L’écriture cinématographique des points de vue de la vie quotidienne. Quels sont les rapports entre le point de vue qu’adopte nécessairement le sociologue dans sa démarche ET l’endroit où il place son appareil de photo, sa caméra et son micro ? Ce qui conduit à interroger le cadrage, les rapports avec le hors-champ les choix de focale, d’angle de prise de vue, de spectre sonore, etc.
  • Quand la sociologie fait corps avec ses enquêtés : l’affectif et le sensible dans la construction scientifique. L’usage de la caméra et l’appareil photo favorisent-ils le développement des capacités subjectives qui font entrer l’affectif et le sensible dans l’expression, poursuivant ainsi le projet de la sociologie compréhensive ? Comment dépasser les oppositions entre caméra objective et caméra subjective ?
  • La sociologie visuelle et filmique, une posture de recherche manifeste? Le point de vue du sociologue-cinéaste ou du photographe est-il rendu bien plus visible dans le travail de recherche qui introduit l’image et le son ? La relation chercheur-sujet est-elle modifiée ou, autrement dit, quels sont les rapports filmeurs-filmés ? Les intentions ou les partis pris du sociologue s’inscrivent-ils autrement dans la photographie ou dans le film produits ?
  • Photographie et cinéma face aux grands courants sociologiques. Y a-t-il place, dans la sociologie visuelle et filmique, pour la reproduction des différences et des tensions entre les grands courants historiques de la sociologie ? Quid, par exemple, des partis pris « individualistes » ou « holistes », de l’importance accordée aux structures sociales ou à l’immédiateté de l’intersubjectivité ?

En résumé, la vie quotidienne filmée ou photographiée apparaît comme un très bon révélateur de toutes ces questions épistémologiques posées par l’utilisation de l’image et du son en sociologie et dans les disciplines connexes. Ce colloque international contribue à cerner ces questionnements en leur apportant des réponses toujours provisoires. A nous tous de structurer des réseaux et des lieux pour continuer les débats.