Résumé

Contrairement à ce qu’on pourrait penser spontanément, les tâches de réalisation et de choix des photographies ne répondent pas aux mêmes obligations que celles de l’interprétation : les rapports entre sociologie avec les images et sociologie sur les images restent pleins d’ambiguïtés

La première ambiguïté apparaît dans la question de la mise en forme du réel observé, choisi, cadré : si, comme nous l’avons soutenu par ailleurs, la question du sens de l’image est inséparable de celle des formes, sa composition fait partie du travail scientifique. Il vaut mieux alors, pour utiliser les photographies (les siennes propres ou celles des autres), être un photographe aguerri et averti des pièges de l’image et de son commentaire : on peut voir là une première garantie de la scientificité de la démarche.

La seconde ambiguïté réside dans le fait que la prise de vue est marquée par une immédiateté et un conflit actif entre les dimensions sans nombre de l’expérience photographique. Il est illusoire de penser que le sociologue- photographe (ou le photographe-sociologue) maîtrise l’ensemble de ces données et qu’il puisse dans l’instant du 125ème de seconde mettre en accord les impératifs théoriques et pratiques qui sont au fondement de son projet. Même la réalisation de portraits figés ne cesse de contrecarrer le rêve de l’objectivité photographique.

Peut-on dire pour autant que le fait d’être sociologue ne constitue en rien un apport méthodologique et pratique décisif dans la réalisation de photographies « réussies » pour la sociologie ? La photographie d’illustration suffirait-elle, qui n’aurait d’autre (et suffisante) vertu que de suppléer agréablement à une description écrite minutieuse ?

La sociologie visuelle ne saurait rester dans cet enfermement, à la condition de montrer prudence, modestie et ambition. Il faut tout cela parce qu’il n’y a pas lieu de prêter à l’image une efficacité supérieure dans le processus de production de données en sciences sociales. Il faut aussi tout cela parce que la photographie semble être un enregistrement objectif et que le risque est de prendre pour objective une interprétation qui véhicule des valeurs abstraites.

Il y faut, en d’autres termes à la fois une grande modestie pour admettre la polysémie et l’ambiguïté de l’image et beaucoup d’ambition sociologique pour rendre compte de sa précision et de sa complexité.

A l’origine de cette communication, il y a un corpus de photographies réalisées sur le marché St Pierre à Caen, à l’aide d’un compact argentique. L’automaticité des réglages ainsi que la focale (28mm) ont rendu possible la prise de vue au jugé, sans visée directe des personnes. La méthode est celle de la déambulation lente, de l’ attention flottante et de la prise de vue sans visée directe, de façon à saisir « sur le vif » les personnes, les interactions, les groupes. Sans but clairement énoncé d’emblée, la démarche a peu à peu construit un objet : une série de portraits individuels et de groupes de personnes de catégories populaires sur une partie du marché, lieu de la vie quotidienne dominicale dans un milieu urbain.

Pour traiter sociologiquement ce corpus (750 clichés environ pris entre 2004 et 2007), on posera que l’image photographique est une construction sociale et une construction plastique. A ces deux titres, la photographie qui intéresse la sociologie présente la triple caractéristique de porter du sens par sa composition, de donner à voir un ensemble d’indices sociologiquement significatifs et de constituer ces indices en « tableau de pensée », ce qu’on appellera modèle visuel.

La communication posera l’hypothèse de l’existence, au cœur même de la photographie des sociologues, d’une pensée visuelle, produite par la mémoire et la perception ainsi que par la connaissance sociologique. Cette hypothèse est de nature à bousculer quelques principes méthodologiques et épistémologiques sur lesquels repose la tradition sociologique. Le commentaire analytique s’efforce d’ordonner ces exigences pour chaque photographie du corpus.

Les sociologues-photographes et leurs photographies : un corps à corps fécond.

Introduction

Les travaux qui, en sociologie visuelle et en France, se sont emparés de la photographie pour en faire une donnée à part entière de la recherche sociologique sont tout compte fait assez rares. Parmi ceux-là, les travaux des sociologues-photographes sont les plus rares, et ils ont en commun d’interroger la pratique photographique, le choix et l’interprétation à visée scientifique, des photographies.

Pratique photographique première, la phase de prise de vue pose la question du réel observé, choisi, cadré : si, comme nous l’avons soutenu par ailleurs (Cardi, 2013, 2014, 2015), la question du sens de l’image est inséparable de celle des formes, sa composition fait partie du travail scientifique. La formation du regard que procure une longue pratique, le fait d’avoir réalisé soi-même de nombreuses photographies, et sélectionné celles qui sont intéressantes pour la recherche constituent une première garantie de la pertinence de l’interprétation. Parce qu’il y va de la maîtrise d’un processus de recueil de données marqué par une problématique donnée. On peut alors assimiler la démarche de celui qui interprète ses propres photographies à celle du chercheur qui produit lui-même les données de sa recherche, et se donne les cadres théoriques et les référents sociologiques de l’interprétation.

Ce processus, pourtant, ne va pas sans difficulté : pour le sociologue-photographe la prise de vue est marquée par une immédiateté et un conflit actif entre les nombreuses dimensions de l’expérience photographique. Il est illusoire de penser que le sociologue-photographe maîtrise l’ensemble de ces données et qu’il puisse dans l’instant du 125ème de seconde mettre en accord les impératifs théoriques et pratiques qui sont au fondement de son projet et l’exécution technique du cliché. Même la réalisation de portraits figés ne cesse de contrecarrer le rêve de l’objectivité photographique. Il n’y a donc pas lieu de prêter à l’image une efficacité supérieure dans le processus de production de données en sciences sociales. Il n’y a pas lieu non plus de nier la capacité spécifique d’un corpus de photographies réalisées par le sociologue lui-même, à rendre compte mieux que l’écrit des formes d’une réalité sociale.

Howard Becker a exprimé les conditions devant être réunies pour qu’un corpus photographique puisse servir de données de recherche. La première est de veiller à ce que le cliché n’ait pas subi de manipulations qui en modifient fondamentalement le sens. La seconde est que le corpus photographique ne soit pas soumis à des impératifs commerciaux (publicité, mode, presse). La troisième consiste à veiller à ce que le photographe n’ait pas sélectionné les événements à photographier. Puis qu’il n’y a pas chez lui de forme de censure. Qu’il n’ait pas, enfin, de point de vue théorique qui le rende aveugle à ce qu’il voit.

Sur tous ces points, le sociologue photographe possède des réponses convaincantes : la visée scientifique de sa démarche, le faible potentiel commercial de ses clichés, le contrôle qu’il peut exercer sur leur utilisation à d’autres fins que celles de sa recherche, la possibilité, enfin, de contextualiser et d’expliciter les circonstances sociales et techniques des prises de vue, rendent la critique sans objet. Il y a là matière à faire de la photographie des sociologues un matériau possédant les caractéristiques généralement exigées des données en sciences sociales.

Objectivation de l’image et commentaire analytique

On pourra objecter que la double position de producteur de données à la prise de vue et d’interprète desdites données expose le sociologue photographe au danger d’une double subjectivité. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de mettre en œuvre une méthodologie de l’interprétation qu’on appellera le commentaire analytique.

Il consiste dans une double démarche : mettre en relief la composition (en elle-même porteuse de sens) de la photographie et faire un travail systématique d’observation et de recensement des indices de l’image. Il s’agit ensuite d’expliciter les références à la théorie et aux connaissances sociologiques qui guident et alimentent l’analyse. On escompte de cette démarche la constitution de la composition et de ces indices en « tableau de pensée », qu’on appellera modèle visuel.

Le travail de commentaire analytique accompagnant la photographie présentée répond à la nécessité de fournir à l’utilisation de l’image photographique un cadre méthodologique et théorique apte à fonder sa légitimité en tant que donnée de recherche. Il vise essentiellement à réduire la polysémie de l’image en objectivant, par l’analyse rationnelle, un ensemble de données visuelles, qu’il s’agisse des détails (indices) du cliché ou de leur répartition (lignes, masses, plans) dans la composition.

La photographie est tirée d’un corpus de photographies réalisées sur le marché St Pierre à Caen, à l’aide d’un compact argentique. L’automaticité des réglages ainsi que la focale (28mm) ont rendu possible la prise de vue au jugé, sans visée directe des personnes. La méthode est celle de la déambulation lente, de l’attention flottante et de la prise de vue sans visée directe, de façon à saisir « sur le vif » les personnes, les interactions, les groupes. Sans but clairement énoncé d’emblée, cette démarche processuelle a peu à peu construit un objet : une série de portraits individuels et de groupes de personnes de catégories populaires sur une partie du marché, lieu de la vie quotidienne dominicale dans un milieu urbain.

Photographie N°1

L’impression première qu’on retire de cette photographie, dont le centre est tout entier occupé par une masse imposante et une série de lignes parallèles, est celle d’une femme de catégorie populaire qui semble porter sur elle les stigmates d’une vie pauvre et difficile. L’impression est peut-être fournie par la position du photographe : la contre plongée, on le sait, accentue la sensation de domination du personnage ou de la situation. Mais cela possède un pouvoir explicatif limité, tant les détails de la photographie s’inscrivent en faux par rapport à la domination. Est-ce parce que l’axe optique se trouve à la hauteur de la poitrine du personnage ? Toujours est-il que cette partie du corps attire immédiatement l’attention. Et l’on peut dire que cette attention ne doit rien à ce qui pourrait passer pour un attribut de séduction. La corpulence, les variations de ligne du vêtement soulignent ce que dit Richard Hoggart (Hoggart, 1991) des femmes du milieu populaire : passé un certain âge, le souci de séduction s’efface pour laisser la place à des préoccupations d’entretien de la famille et du foyer. Le souci de soi, l’entretien du corps, la question du poids et de la silhouette passent au second plan. Ce premier regard donne à voir immédiatement cette transformation.

cardi-1

On observe presque aussitôt que le visage vient corroborer la première observation : les plis de la bouche et des joues, les cheveux gris rejetés en arrière, les rides du front et du cou parlent de la vie difficile que laissait supposer la première observation. Bien plus, elle la renforce : le portrait est comme idéal typique des femmes dont parlent Richard Hoggart et Yves Schwartz (Schwartz, 2002) tout à la fois. On pense au vêtement : il correspond ici à une fonction élémentaire de couverture du corps, sans souci d’élégance. On pense à l’alimentation : dans les milieux populaires, on privilégie les plats dont on est sûr qu’ils « tiennent au corps » grâce aux principes nutritifs les plus aptes à soutenir un travail physique intense, et qui sont autant de facteurs de prise de poids. Même si le chômage touche durement la région et la ville de Caen, les habitudes alimentaires et les schémas culturels qui sous tendent le travail physiquement consommateur d’énergie continuent de servir de principes conducteurs de l’alimentation.

On observe enfin un autre trait : l’absence de marques de vieillissement des bras du personnage, comme si l’âge avait laissé des traces inégales sur les parties différentes du corps, accentuant la corpulence, marquant le visage, mais n’occasionnant pas de plis sur les bras et les épaules. Autant de signes pouvant sembler contradictoires, mais qui tracent le portrait spécifique d’une femme de milieu populaire portant sur le corps les éléments des conditions matérielles et psychologiques d’une vie marquée par une position et une histoire sociales qui l’ont amenée sur le marché de Caen.

Mais ce n’est pas tout, parce que d’autres personnages apparaissent sur la photographie dans une position satellitaire et comme en contre point : un enfant en bas à gauche, une autre femme à gauche également, et une deuxième femme à droite. Si l’on ne peut, de cette dernière, dire grand chose (elle a simplement un regard sérieux sur le hors champ), on peut voir que le visage de l’autre femme semble aussi marqué que celui du personnage principal, bien qu’elle semble montrer un souci de soi plus présent, dans une coiffure plus recherchée.

Le personnage le plus énigmatique, à gauche, baisse la tête. Fils de la femme au vêtement rayé ? Il n’est pas en tout cas son petit-fils : comme on l’a déjà fait remarquer, cette femme n’est pas aussi âgée qu’il y paraît dans un premier temps. L’enfant, en tout cas, possède la présence forte d’un personnage secondaire qui souligne et renforce par son attitude et son apparence, les traits du personnage principal. Tête baissée, il met en relief la tête haute ; de petite taille, il le fait grandir ; d’apparence résignée, il lui donne un certaine dignité : abattu, il lui donne une allure de courage dans l’adversité qui ne manque pas de grandeur.

Conclusion

On pourra observer que dans ce commentaire analytique, comme dans le moment de la réalisation et le choix des clichés, la culture sociologique occupe une place prépondérante : c’est elle qui décide in fine du sens des détails, de celui de la composition, c’est elle qui permet de dégager ce que le cliché peut apporter en termes de connaissances dans le champ couvert par la photographie.

L’ensemble photographie/commentaire est donc l’aboutissement d’un rapprochement et d’une confrontation qu’on veut féconde entre compétence et culture sociologiques et compétence et culture du regard. Ce processus ne cesse pas pour autant d’être problématique puisqu’il repose sur l’hypothèse de la double capacité du sociologue photographe de penser la signification d’une image dans l’immédiateté de la perception et de la prise de vue, et d’objectiver des données qu’il a lui-même recueillies.

L’hypothèse, en d’autres termes, est celle de l’existence d’une sensation (la perception immédiate d’une forme photographique – indices, composition, cadre) telle que la pensée conceptuelle l’accompagne sans attendre que l’intelligence ou la raison lui donne un ordre chargé de sens conceptuel. C’est l’hypothèse de la pensée visuelle, de la coïncidence du percept et du concept (Arnheim, 1997).
Cela ne va pas de soi parce que le commentaire analytique suppose qu’on remette en question le paradigme dominant en sociologie, qui veut que le regard soit de l’ordre de la sensation, synonyme de confusion, de pure subjectivité ; et qu’on admette qu’il possède une réelle capacité de conceptualisation immédiate, venant d’une culture sociologique fortement intériorisée. Il faut en d’autres termes admettre qu’il existe un « regard savant », capable de produire des connaissances à l’instar de tout acte d’observation en méthodologie sociologique.

Cela ne va pas de soi, enfin, parce que c’est admettre que la sociologie visuelle peut et doit occuper une place décisive dans les sciences humaines et sociales, dans une société où l’image est devenue un système de perception et d’intelligence scientifiques, où l’image est devenue forme de pensée, par la force des choses.

Bibliographie

  • CARDI François (2013), Alexander Rodtchenko et Boris Ignatovitch : une idéologie visuelle du travail, La nouvelle revue du travail (en ligne), Université d’Evry, N° 3.
  • CARDI François (2014), Dominations à l’école : la photographie comme point devue et comme donnée pour la recherche, Ethnographiques.org, n°29.
  • CARDI François (2015), Une méthode inductive en sociologie visuelle : le « commentaire analytique », Approches inductives, Université du Québec à trois rivières. Vol.2, N°2.