Résumé

Au niveau de la recherche académique francophone, de nombreuses contributions de différentes disciplines (sciences économiques, sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, sociologie…) se sont intéressées depuis une vingtaine d’années aux mutations récentes touchant le secteur de la presse, qu’il s’agisse de phénomènes de concentration dans les médias, de rachats ou fusions de titres, ou de crise des modèles économiques face aux nouveaux médias numériques (notamment : Charon, 1993 ; Marchetti et Ruellan, 2001 ; Neveu, 2001 ; Ringoot et Utard, 2005). Dans ce champ de recherches, les approches de type socio-ethnographiques centrées sur les récits de vie et les points de vue des praticiens concernant les ruptures vécues et observées, la violence des adaptations nécessaires dans les médias employeurs et les milieux professionnels, sont plus rares (Accardo, 2007). Elles offrent pourtant une voie d’accès privilégiée à l’étude de la dimension diachronique (Bertaux, 2005) et à un travail plus minutieux de sociobiographies de journalistes (Idelson, 2014). Ces approches socio-ethnographiques basées sur la conduite d’entretiens compréhensifs de type semi-directifs (Kaufmann, 1996) permettent en effet de saisir les évocations contrastées d’un passé, d’un présent et d’avenirs possibles concernant le métier et l’identité professionnelle de journaliste. Elles sont aussi particulièrement adaptées au repérage des catégorisations et notions « indigènes » utilisées et transmises par ces praticiens, d’implicites, voire d’éléments indicibles marqués au fil des entretiens approfondis par les hésitations, les tentatives de reformulation, les contradictions, les émotions (verbales, non verbales) ou les silences – autant de moments cruciaux, mais habituellement peu explorés ou restitués comme tels dans la partie analytique de la recherche.

Cette communication revient sur les questions d’ordre méthodologique qui ont été abordées dans le cadre d’une recherche inductive et empirique basée sur l’observation participante et les entertiens approfondis, prenant pour objet d’étude les évolutions des contextes et contraintes du journalisme d’investigation en Suisse romande, sur ces quarante dernières années (Labarthe, 2016). Elle propose en particulier un retour « sur les modalités et les conditions de l’articulation heuristique entre le processus de fabrication audiovisuelle et les différentes étapes de la démarche de recherche » (Giglio-Jacquemot & Gehin, 2012), et sur les apports possibles et originaux de la caméra à une « problématisation par l’image » de la recherche, suivant des principes méthodologiques de la socio- anthropologie visuelle (Ganne, 2012). Il est question de « poser le problème du réel », de sa co- construction et de sa restitution par une écriture filmique (Fiéloux & Lombard, 2006).

Il s’agit d’abord de clarifier la spécificité du protocole appliqué (une caméra sur pied et deux éclairages, pour six entretiens de type semi-directifs filmés en plan fixe) et ses effets sur les conditions de production des témoignages recueillis auprès des intervenants : notamment, la perte d’anonymat des interviewés et un dispositif filmique pouvant influer sur la « présentation de soi » (Goffman, 1959), renforcer la production de discours de sens commun ou préconstruits, occasionner des gênes, des problèmes d’explicitations, de « off the record », des non-dits, des « temps morts »… Puis, d’évaluer comment et à quelles conditions, dans le cadre de notre objet d’étude, ces « inconvénients » peuvent aussi fonctionner comme « révélateurs » dans le processus d’une recherche focalisée précisément sur la subjectivité, les reformulations, catégorisations et problématisations « indigènes » des journalistes enquêtés : en l’occurrence, des professionnels de la communication, des « personnes habituées à parler en leur nom propre » (Duchesne, 2000 : 13). Pour ces dernières, la perte de l’anonymat est dès le départ assumée. Est-elle même vécue comme un encouragement à exprimer leurs points de vue, leurs jugements, leurs questionnements ?

Enfin, il s’agira de définir en quoi les enregistrements audiovisuels réalisés comme support-mémoire peuvent servir d’instruments d’investigation et de découverte spécifiques (Péquignot, 2006 : 41-51), apportant à la recherche des nouveaux champs de perception, des éléments sensibles et de contexte complémentaires, par rapport à des observations, prises de notes et entretiens préalables effectués en 2014-2015 concernant les mêmes intervenants. L’objectif à terme était également de profiter de ces témoignages réflexifs de praticiens pour mener dans un deuxième temps des « focused interviews » (Merton & Kendall, 1946) destinés à améliorer la comparabilité des entretiens filmés entre eux, et à envisager de nouvelles interactions (Lindlof & Taylor, 2011 : 164-165 ; Friedmann, 2006) ; mais aussi, à organiser la projection d’extraits filmés de certains entretiens afin de susciter la réflexivité d’autres intervenants extérieurs (fonctionnaires, chargés de communication, étudiants en journalisme…).