Résumé

“Ceux qui sont filmés ont autant de droits que ceux qui filment”
Jean Rouch

Dans la présente contribution, qui s’inscrit dans la perspective ethnométhodologique, je m’interrogerai, dans un premier temps, sur l’apport du film et de l’écriture filmique dans l’étude d’un groupe soufi au quotidien. Dans une seconde section, je développerai une analyse réflexive sur le positionnement du « chercheur-disciple qui filme » dans la zawiya (confrérie soufie). Cette contribution vise à répondre à quelques questions qui me préoccupent : quels sont les différents procédés pour capter l’activité religieuse quotidienne en images ? Comment l’activité filmique fabrique-t-elle un pouvoir d’influence différent de celui de l’écriture ordinaire du rituel ? Quel est l’impact du rituel quotidien (Schutz 1987) sur la production filmique ? Est-il possible de dire la vérité d’un rituel quotidien par l’image ? Les rapports entre rituel et film, entre « réalité » et image filmique, la question de la mise en scène, de la gestion d’une vie communautaire quotidienne filmée et la place du chercheur filmeur? les modes de communication et la réception et les jugements du public seront également évoqués tout au long de cette communication.

L’approche praxéologique que j’ai adoptée cherche à dégager le sens des pratiques observées, elle s’attache à l’analyse des savoir-faire et des conduites des individus. Cette démarche s’intéresse aux contextes de production de l’action dans un espace et un temps donnés. La zawiya dans laquelle j’ai effectué ma recherche se présente comme un lieu intime et difficile d’accès pour un acteur extérieur qui souhaite l’observer et l’analyser. De plus, la difficulté s’accroît lorsque l’observateur fait le choix de filmer pour documenter le quotidien. En amont, je souhaite clarifier l’approche adoptée dans ma recherche. Cette étude sur le film ethnographique cherche à dégager et à analyser le sens des pratiques observées quotidiennement. La zawiya, en tant que lieu d’activités religieuses et éducatives, m’a permis d’observer les pratiques religieuses en action et de les capter en images. L’ethnométhodologie appliquée à mon travail consiste à limiter l’analyse de ces pratiques religieuses aux rituels observés dans leurs contextes de production. Le contexte est celui des acteurs observés et non celui imposé ou imaginé par le chercheur, de sorte que l’image filmique se révèle centrale, rendant ces activités reconnaissables par les acteurs eux-mêmes. Le film permet de catégoriser les individus, les normes, les règles, l’espace, le temps et les objets saisis par l’observation directe. Ainsi, j’élaborerai une catégorisation par l’image filmique : la catégorisation ne se réduit pas à une opération de classification ou à un système de distinction, de division et de typification, mais vise plutôt à examiner le cadre catégoriel en tant que champ de pensée, de connaissance et d’interaction : « L’analyse de la catégorisation ouvre un horizon pour appréhender de plus larges réseaux et trajectoires de subjectivités, activités et conséquences qui participent à la production endogène du monde social » (Jayyusi, 2010 : 11). Les modes de production d’autorité et de hiérarchie sont plus visibles dans le film ethnographique, qui retrace les actions et les discours des membres.

Le film ethnographique montre la façon dont plusieurs activités se relient catégoriellement ; il dévoile le travail des disciples, en reliant chaque membre à une activité attendue par le groupe. Dans un passage de mon film ethnographique tourné dans la zawiya lors d’une cérémonie rituelle, on observe comment la caméra capte la chronologie des actions des membres : au moment de l’arrivée du cheikh, les chanteurs accélèrent le rythme du chant, les danseurs s’agitent de plus en plus, certains disciples se jettent sur les mains ou les pieds du cheikh pour les embrasser, d’autres veillent à l’organisation de l’espace, d’autres encore préparent sa place au milieu de la foule, un jeune reste constamment collé derrière le cheikh pour assurer sa sécurité, quelques participants en larmes essaient de toucher sa djellaba, etc. L’analyse catégorielle de ce passage fait état du savoir partagé par le groupe et des interactions qui permettent à ce savoir de se concrétiser en situation. Il s’agit d’une sorte d’assemblage des catégorisations qui offre l’occasion de produire un récit[1].

La description sociologique par l’image des activités pratiques des disciples est un travail qui conduit à de multiples réflexions. En effet, le choix de considérer la description filmique comme un élément des activités observées m’interroge, notamment quant au statut de l’ « account » cinématographique qui est lié à mon approche praxéologique. D’un point de vue ethnométhodologique, les films que je réalise ne doivent pas être simplement des représentations de l’activité en production, à la manière d’un film ethnographique classique, mais doivent eux-mêmes être partie prenante de l’activité qu’ils décrivent, une composante, une auto-description.

Note

[1] Diop C., (2007), « Jean Rouch : l’anthropologie autrement », Journal des anthropologues, 110-111, [mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 13 octobre 2014. URL : http://jda.revues.org/950].