Résumé

La sociologie visuelle est une branche de la sociologie qui utilise des supports audio-visuels pour étudier la société. Nombreuses sont les méthodologies qui se sont développées les dernières années pour étudier les sociétés et les cultures à partir de l’image. Dans cette communication je m’intéresse aux méthodes participatives de l’image (MPI) qui utilisent la photographie comme un moyen pour « elicitate »[1] et pour « faire sens » de l’expérience.

Les MPI sont un ensemble hétérogène et relativement récent de techniques visuelles qu’utilisent l’image pour « impliquer » (de différentes manières) les enquêté-e-s dans un processus de recherche collaborative. Au cours des trente dernières années ces techniques se sont développées dans l’esprit de « rééquilibrer » les écarts de pouvoir entre l’enquêteur et l’enquêté-e (Chaplin, 1994; Hurworth, 2004; Parker, 2009; Pink, 2013; Prosser, 1998). Inspirés par la pédagogie critique de Paulo Freire (2012; Freire & Mastrángelo, 2014) et par la recherche d’action-participative[2] ces méthodes ont permis de reconsidérer la place de l’ethnographe, ainsi que le rôle de l’image au sein d’une enquête en sciences sociales. Je me suis inspiré de trois techniques principales, photovoice, photo-elicitation et photo-narrative, pour développer une technique qui permet d’analyser les pratiques des acteurs.

L’idée des ateliers et d’encourager un processus d’enquête engagée du côté des enquêté-e-s et du côté de l’enquêteur. Par conséquent, nous avons réalisé plusieurs ateliers photo-ethnographiques dans lesquels le but était de partager et confronter les différents points de vue des acteurs autour des questions de « genre et ville » à Medellín (Colombie). Dans ce cadre, nous avons réalisé des ateliers organisés de la manière suivante : une première partie dédiée à la discussion collective sur une thématique particulière ; une deuxième partie dédiée à une formation photographique de base ; une troisième partie dédiée à la pratique photographique dans la ville à partir d’un parcours et d’un trajet préétabli avec les participant-e-s. La quatrième partie était dédiée à la réalisation d’un exercice de cartographie visuelle de genre (CVG) qui consiste à : sélectionner des photographies prises lors de la pratique photographique (le choix des images est fait de manière collective) ; coller et écrire (ou dessiner) des « commentaires » à côté de chaque photo ; faire une socialisation et une discussion collective des cartes par groupes de deux ou trois personnes ; socialisation et exhibition publique des cartes visuelles.

Cet exercice de cartographie visuelle de genre a été un outil pour décrire autrement le quotidien des habitant-e-s de Medellín. C’était l’occasion pour les enquêté-e-s de décrire et analyser visuellement les espaces qu’ils habitent et fréquentent. Dans ce cadre, cette communication vise à décrire et analyser le rôle des enquêtes participatives en sociologie visuelle dans le processus d’exploration et construction du savoir ethnographique.

Notes

[1] J’utilise souvent le mot anglais elicitate. Il renvoie à l’idée d’évocation, de « soutirer des informations », mais aussi « d’incitation » et de élucidation.

[2] Notamment des sociologies et psychologies critiques. L’application visuelle de la RAP cf. (Mcintyre, 2003; McIntyre, 2008)Les théories de la RAP cf. Anadón, 2007; Lavoie, Marquis, & Laurin, 1996 ou Investigación Acción Participativa dans les contextes hispanophones, notamment latino-américains cf. (Egg, 2004; Fals Borda, 1979, 1993; Fals Borda, Brandão, & Cetrulo, 1986; B. L. Hall, 1983)