L’intégration sociale de jeunes sportifs ayant des déficiences intellectuelles

Introduction

Les recherches sociologiques sur les personnes désignées comme « handicapées mentales » sont relativement rares en France, surtout lorsqu’il s’agit des adultes (Fardeau, 2001). On peut souligner que Michel Desjardins (2002), en tant qu’anthropologue, s’est intéressé à leur mode de vie au sein des institutions dites de rééducation sociale au Québec, pour montrer que ces espaces constituaient une sorte de monde parallèle dans lequel étaient confinées les personnes adultes ayant des déficiences intellectuelles.

Et on peut remarquer également que si le cinéma s’est souvent intéressé à la folie, il a plus rarement traité de questions liées à la déficience intellectuelle (Revue Etre Handicap information, 1996). Toutefois depuis les années 1990, quelques films dont les personnages principaux présentent une déficience intellectuelle connaissent un succès populaire non négligeable [1].

En sociologie du handicap, en France, c’est Nicole Diederich qui en tant que sociologue, s’est fortement attachée à donner la parole aux personnes « désignées comme handicapées mentales » (Diederich, 2004), et qui a rencontré nombre de ces personnes « condamnée(s) à se taire », pour ensuite écrire leurs paroles et contribuer ainsi à faire connaître leur point de vue sur leur vie et leur place sociale.

Le travail de recherche que nous nous proposons de présenter pour ce colloque vise le même objectif. Il traite, dans le cadre cette fois d’une sociologie par l’image, de la question des usages du corps dans les processus d’intégration sociale de jeunes sportifs ayant une déficience intellectuelle. A partir de séquences filmées d’entretiens individuels, d’entraînements sportifs, de réunions de groupe (prises de vues réalisées au cours de stages sportifs en 2014 et 2015 [2]) notre objectif est de faire émerger le point de vue critique de ces jeunes sur leur vie quotidienne, le regard qu’ils portent sur les difficultés qu’ils rencontrent dans leurs relations sociales et la façon dont la société, au quotidien, les assigne à l’insignifiance et à l’incapacité. Il s’agit donc de dévoiler leur point de vue sur leur vie quotidienne plus ou moins « intégrée »dans le milieu dit « ordinaire », en utilisant leurs récits de la rareté et de la pauvreté des liens dont elle est faite, ainsi que leurs récits d’expériences de l’indifférence ou du mépris.

De façon dialectique et dynamique, doit être également mise au jour, la qualité de certaines relations dans lesquelles ils s’engagent, qu’ils construisent, qui les construisent au travers du temps et auxquelles ils restent affectivement attachés. Pour ces jeunes ici rencontrés c’est dans le monde sportif que cet « attachement » au sens de Latour (2000) va se faire, et ce au travers d’une inscription dans des réseaux relationnels sportifs et de l’incorporation parallèle d’un habitus sportif qui est à la fois processus et résultat de leur engagement sportif au quotidien.

La communication ici proposée est donc associée à la présentation de courts extraits filmés de « récits d‘expériences » et de scènes de la vie quotidienne de ces sportifs pour montrer comment le « corps sportif » rend invisible la déficience intellectuelle et, de ce fait autorise une parole sur celle-ci. Ainsi se construit un message qui, au travers de séquences filmées de « présentation de soi » et de « relations en public » (Goffman, 1973) fait apparaître le point de vue critique de ces jeunes sur la qualité de leurs relations sociales.

Ce qui n’est pas dit oralement dans les récits est dit par les images de « la mise en scène de la vie quotidienne », en particulier dans le contexte sportif, qui est pour eux celui de la reconnaissance sociale, et qui s’oppose à celui de la vie « ordinaire » où « On se voit Bonjour Bonsoir »….


C’est au travers du cas particulier de Marion Candelier que nous allons développer ici ce projet de sociologie visuelle. Il s’agit de « montrer » la normalisation « par corps » de Marion, son contentement à la réussite sportive et à la performance corporelle, et de dévoiler dans le même temps, par les mots et les explications qu’elle nous donne sa situation dite de « déficience intellectuelle », et les expériences sociales auxquelles elle est associée, en dehors du monde sportif. L’enjeu de l’inscription d’une telle recherche dans le cadre d’une sociologie par l’image est donc de réussir à faire comprendre par l’image les conditions de possibilité (et donc d’impossibilité) d’une intégration sociale réussie pour des personnes ayant des déficiences intellectuelles.

Marion a 25 ans, elle habite chez ses parents, a un petit copain, se sent « bien dans sa peau ». Elle est employée à la mairie de sa commune, à la cantine scolaire, et elle s’entraîne presque tous les jours dans son club, le « Douai-Sin Athlétisme », elle est athlète de haut-niveau de l’équipe de France Sport Adapté. Tous les indicateurs d’une intégration sociale réussie semblent réunis. Mais il ne s’agit pas d’une intégration dans le monde dit « ordinaire », où elle n’a pas d’amis. Elle évoque le mépris subi lors de ses expériences de vie en milieu scolaire ordinaire, pour mieux nous faire comprendre dans quels espaces sociaux et surtout avec qui elle accède à une vie réussie, et dessine les contours de la configuration dans laquelle elle se sent bien et qu’elle cherchera à faire perdurer après sa carrière sportive : « Pourvu que ça continue ! ».

Marion l’athlète

Quand on voit Marion s’avancer, la démarche souple, dans son survêtement bleu de l’équipe de France, si l’on a l’habitude des stades on reconnaît la coureuse de demi-fond, fine, élancée, discrète, silencieuse, presque effacée (Schotté, 2012). Souriante, Marion a 25 ans lorsque nous la rencontrons en 2015, elle est athlète de haut-niveau de la Fédération Française du Sport Adapté, spécialiste de cross, de courses de fond et de demi-fond en particulier des 1500 et 3000 mètres plat. C’est dans le cadre d’un stage d’entraînement du Pôle France Sport Adapté d’athlétisme que l’entretien se déroule et va être filmé. Nous sommes deux chercheurs, l’un va mener l’entretien, l’autre est derrière la caméra, dans une petite salle de réunion, adjacente à la halle de course où s’entraîne l’équipe du Pôle. Elle nous regarde bien en face, elle écoute aussi, et nous regarde avec un air interrogatif. Elle fronce les sourcils quand on lui pose des questions, penche un peu la tête d’un air inquiet, comme pour dire « mais qu’est-ce qu’ils veulent savoir ? ». Elle est toute fine, rapide, ses yeux sont parfois rieurs, parfois agacés si la question lui semble déplacée. Elle reste assise sur sa chaise, bien droite, les mains sur les cuisses. Elle attend nos questions.

Séquence en plan moyen.

Marion à l'entrainement

Marion la brésilienne, l’enfant adoptée, et son frère.

Quand on demande à Marion si elle vit chez ses parents, elle répond qu’elle vit « encore » chez ses parents. Elle explique alors qu’elle est « une fille qui a été adoptée à l’âge de 5 ans », et enchaîne en expliquant la situation familiale. Ici s’affirme par les sourires et le récit, un attachement à l’égard de son frère d’adoption, Nicolas, qui est « à la fac » et qui « veut faire avocat ». Précisant son origine et celle de son frère, puis leur commun ancrage « chez les parents », c’est toute une identité familiale qui se dévoile, une relation avec le Brésil, l’expérience du racisme, l’admiration du père, la proximité avec le monde associatif sportif. C’est aussi le positionnement très clair et positif de Marion dans cette histoire familiale qui s’exprime, ainsi que son expressivité et sa communication non verbale, mouvement des mains, expressions du visage… Une différence cependant se fait jour, au travers des répétitions de mots, ou de propositions, qui sont enchaînées, ou des éléments qui reviennent à des moments un peu inattendus, pour insister sur certains points.

Ici le stigmate que constitue le diagnostic de déficience intellectuelle est encore invisible, Marion reste discréditable au sens de Goffman. Mais quelques indices langagiers et de communication verbale éclairent une singularité, encore peu nette.

Séquence en plan rapproché.

Marion l’élève avec un retard léger

Marion explique que c’est seulement en France qu’elle a été scolarisée, alors qu’elle ne parlait pas encore le français, et n’était jamais allée à l’école au Brésil : « après quand on est arrivés en France on m’a mis dans une école que j’avais du mal, j’avais du mal, j’avais du mal et tout…. »

Marion a alors suivi une scolarité qui l’a menée de l’école maternelle, à l’école primaire au CP, puis à une classe d’intégration scolaire (CLIS), puis au collège, pour finalement entrer en IME alors que la situation « se dégradait au collège » dit-elle. Elle explique ce qu’est un IME et quels enfants y sont scolarisés, en précisant que ce sont « des enfants qui ont une déficience, qui ont du mal à l’école, comme moi j’ai du mal, simplement, j’ai un retard léger… ».

C’est le temps du dévoilement, du « coming out », associé à un « processus de comparaison vers le bas » (retard certes mais léger), et qui minimise le problème en le réduisant à une « difficulté » scolaire.

L’adolescence, comme souvent est le temps de la rencontre des plus grandes difficultés dans le milieu ordinaire, et Marion raconte le soulagement qu’elle a ressenti lors de son placement en IME : « Quand je suis arrivée à l’IME ça a été mieux après, je me suis sentie mieux parce que dans le collège heu on me rabaissait, c’était t’es bête, t’es nulle, tu vas retourner à la maternelle, et tout voilà…. Et à l’IME c’était dans une école spécialisée, ceux qui ont, les enfants qui ont des déficiences, alors que le collège c’était pas fait pour… C’est pour les enfants qui n’ont pas de déficiences voilà… C’était un collège heu, voilà…. »

Ce deuxième temps est celui du dévoilement de la difficulté majeure, celle de la stigmatisation et de la rupture du lien qui en est la conséquence immédiate.

Marion, ses copines, « son copain » … et les

Marion ne parle pas spontanément de ses relations avec autrui. Il faut la questionner sur l’aspect relationnel de sa vie pour qu’elle en livre quelques éléments. C’est surtout des autres sportives du Pôle France dont elle nous parlera, mais aussi de Kelly, sa seule copine de l’IME, avec qui elle a rompu sur la demande de sa mère.

Séquence en plan rapproché

Puis dans une séquence en gros plan, elle dit, quand on le lui demande, presque par politesse, qu’elle parle un petit peu des fois avec les sportifs de son club, puis rigole quand on lui demande si elle sort avec ces gens là – « Je ne fais pas de sortie dit-elle en riant ». Du coup elle précise bien « Si je fais des sorties, ici au Pôle », puis elle acceptera aussi de nous parler de « son copain » rencontré récemment, sportif du sport adapté comme elle.

Ainsi le monde du « sport adapté » se dessine comme un espace du lien amical et amoureux, de la reconnaissance sociale, des sorties, bref de la vie sociale, toutes choses inexistantes pour Marion en dehors, c’est-à-dire dans le monde ordinaire.

Marion s'entraîne

Marion et sa « revanche à la vie »

La délimitation très forte en apparence de son réseau relationnel, est par ailleurs éclairée par le récit très vif d’expériences relationnelles négatives qu’elle se remémore et nous évoque, pour mieux montrer l’importance et le sens de sa réussite sportive pour elle.

C’est celle où elle qualifie sa réussite sportive comme « revanche à la vie » par rapport à tous ceux qui l’ont « rabaissée », élèves comme professeurs, au CP, puis au collège. L’expression corporelle de « j’étais mal dans ma peau », puis de « j’étais bien dans ma peau ensuite », ou de « Ils se foutaient de moi, ça me faisait mal », « ma mère l’a ressenti » est remarquable, face caméra en plan rapproché.

Marion et sa fin de carrière : un modèle à suivre pour trouver sa place : devenir « aide- entraineur »

La vie de sportif de haut-niveau est de courte durée. Marion en a été avertie, alertée peut être même par ses proches et son entourage sportif et éducatif. Elle regarde autour d’elle, dans le sport adapté, et elle s’est trouvé un modèle, Nicolas Jego, un athlète de 36 ans, qui a arrêté sa carrière de sportif de haut-niveau, pour devenir aide-entraineur en Sport Adapté. Voilà ce qu’elle compte faire, de la compétition jusqu’à 36 ans, puis devenir entraineur, ou aide-entraineur. Dans le Sport Adapté.

Conclusion

Ces séquences d’entretiens sont pensées pour être montées avec des séquences et des photos d’entrainement collectif, et plus largement de vie collective de cette équipe de France un peu particulière, dans laquelle chacun semble chercher et trouver sa place. Si l’équipe est composée d’athlètes désignés comme ayant des déficiences intellectuelles, cette caractéristique n’est pas perceptible dans le corps des athlètes dont les gestes sont construits, sûrs, répétés, efficaces, en un mot sportifs. C’est dans les visages, les mimiques et les humiliations racontées que se ressentent et peut-être se comprennent les formes d’interdépendances à la fois protectrices et valorisantes que construisent ces jeunes en acceptant de se définir comme des sportifs ayant des déficiences intellectuelles.

L’enjeu d’une sociologie par l’image et en l’occurrence ici d’une sociologie filmique au sens de Friedmann (2012) est ici à la fois la « monstration » de la corporéité normalisée, construite par l’apprentissage sportif et l’acculturation au monde sportif qui invisibilise la différence, et la mise en scène sensible et émotionnelle au travers du discours de la différence vécue, et de l’ambivalence entre retrait social protecteur et exhibition sociale de leur valeur chez ces jeunes, ambivalence caractéristique de leur forme de participation sociale et qui contient une forme de critique sociale de l’idéologie de l’inclusion et de la violence sociale contemporaine.

Références

  • Desjardins M. (2002). Le jardin d’ombres. La poétique et la politique de la rééducation sociale, Québec, Presses Universitaires du Québec.
  • Diederich N. (2004). Les naufragés de l’intelligence. Paroles et trajectoires de personnes désignées comme « handicapées mentales », Paris, La Découverte.
  • Fardeau M. (2001). Personnes handicapées : analyse comparative et prospective du système de prise en charge, Rapport au ministre de l’emploi et de la solidarité, et au secrétaire d’Etat à la Santé, à l’Action sociale et au handicap.
  • Friedmann D. (2012). Sociologie filmique, sociologie visuelle et écrit, Revue de l’institut de sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, 2010-2011, pp. 91-100.
  • Goffman E. (1963). Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Editions de Minuit. Goffman E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Editions de Minuit.
  • Marcellini A. (2015) Pour une filmographie des jeux sportifs des « handicapés ». Des jeux des « handicapés physiques », aux jeux des « handicapés mentaux », jusqu’aux jeux paralympiques, In Le Sport Adapté à l’épreuve des jeux paralympiques, Les Cahiers du sport Adapté n° 13.
  • Revue Etre Handicap information (1996). Le handicap à la lumière du cinéma français, filmographie de 1930 à 1995, 22-23.
  • Schotté M. (2012). La construction du « talent ». Sociologie de la domination des coureurs marocains,
  • Paris, Raisons d’agir, 249 pages.
  • Schotté M. (2015). Pourquoi les coureurs à pied africains sont-ils plus performants ? Pour une explication sociologique, Informations sociales, 1/2015 (n° 187) , p. 96-105.

Notes

[1] Par exemple, on peut citer le film américain « Forrest Gump » (1994) réalisé par Robert Zemeckis et récompensé par 6 oscars, le film belge « Le huitième jour » (1996) de Jaco Van Dormael, ou encore le téléfilm franco-suisse « Des fleurs pour Algernon » (2006) réalisé par David Delrieux et tiré du roman de science-fiction de David Keyes publié en 1966 (une première adaptation cinématographique de ce roman avait été produite en 1968 sous le titre « Charly »). On doit remarquer ensuite en 2009 le « Yo Tambien » d’Alvaro Pastor et Antonio Naharro (Esapgne), puis en 2013 « Henri » de Yolande Moreau (Belgique), et en 2014 le film suisse de Stina Werenfels «Dora ou les névroses sexuelles de nos parents ». Voir pour complément sur cette question Marcellini (2015).

[2] Le travail de terrain a été réalisé en collaboration avec Yann Beldame (Santesih, Université de Montpellier) et Elise Lantz (MSSH, EHESP), et grâce au soutien financier de la Fédération Française du Sport Adapté.