Résumé

Cette communication souhaite faire état et mettre en discussion les réflexions qu’a soulevé la réalisation de deux courtes vidéo au cours d’un séminaire de recherche :

  • « Sloterdijk Bubble »
  • « La petite fumée »
  • Notre pratique vidéographique se développe dans le champ de recherche sur les ambiances architecturales et urbaines — champ qui s’intéresse à la qualification des dimensions du vécu situé et sensible dans l’expérience de l’environnement urbain ordinaire. Dans ce cadre-là, nous travaillons à une approche de l’espace du point de vue du corps dans la perspective de la conception (pratique des architectes).

    La captation et le montage vidéo se sont imposés comme expérience de recherche au cours d’un travail sur les rythmes de marche dans l’espace public et le besoin d’y saisir les mouvements des corps (c’est-à-dire la rencontre des passants et de l’environnement construit qu’ils parcourent, entre autre en termes d’appuis). Les cadres théorique et pratique de cette recherche ont impliqué la révision de la position de l’enquêteur/observateur et l’adoption d’une posture corporellement engagée : muni de sa caméra, il était amené à faire cette expérience du caméraman qui filme avec le ventre telle que l’a décrite Lallier (2009), autrement dit à prendre part à ce mouvement, à s’engager en lui, avec lui (ou à tout le moins tenter d’y accéder) pour pouvoir l’éprouver et le partager.

    Cette attention fine aux mouvements des corps médiatisée en propositions audiovisuelles nous a mené à répondre à des invitations sur des questions de traduction des ambiances. Dans ce contexte, notre regard s’est déplacé des passants du quotidien aux chercheurs dans leur expérience de recherche sur le terrain.

    Les deux vidéos mentionnées en ouverture sont le fruit d’expérience de ce type et il est intéressant de les considérer ensemble. Bien qu’elles émanent d’un même cadre d’expérimentation (un même lieu (la place des arts à Montréal) à la même date (le 27 avril 2015) au cours d’une manifestation scientifique), il semble qu’à travers les deux types de montage proposés leurs qualités intrinsèques se distinguent, au même titre qu’elles confirment la pratique vidéo en tant que processus : de la captation in situ à la réception par un public en passant par le montage et la restitution/projection. L’expérience de réalisation de ces deux vidéos présente les variations qui peuvent naître au cours des différents moments de ce processus, de cette pratique. De ce point de vue, elles ne se succèdent pas indifféremment, il y a comme un ordre qui s’instaure entre elles et qui semble marquer la distinction de visée de l’une et l’autre du point de vue de l’expression de l’expérience sensible.

    La première, « Sloterdjik Bubble », est plutôt de l’ordre de la représentation de quelques instants d’expérimentations sur le terrain, l’illustration d’instants où des chercheurs sont à l’œuvre, un « dispositif du montrer »(Comolli, 2004), un retour sur soi du regard. Et c’est exactement parce que la première présente ces qualités-là que la seconde a été montée. « La petite fumée » est plutôt de l’ordre de l’objet expressif, au sens de Dewey (2010) dans sa tentative de rendre partageable, lors de la projection, l’étrangeté du moment vécu in situ (par quelques uns des participants dont faisait partie le filmeur) par le biais d’une manipulation des images au cours du montage. Et cela, même si, paradoxalement, on note une vraie qualité gestuelle à l’homme de « Sloterdjik Bubble », offrant une lecture de l’espace bien plus intéressante qu’il ne l’aurait été sans lui. Ses gestes sont bien plus expressifs que ceux joués par deux artistes lancées dans une chorégraphie dans « La petite fumées ». Quand le mouvement se déplace de l’expérience in situ à l’expérience du visionnage, il s’agirait dans ce cas de faire émerger par le montage un mouvement perçu mais pas totalement capté au moment de l’enregistrement. Autrement dit, au-delà des images elles-mêmes, qu’est-ce qui met au défi la restitution de l’ambiance d’un lieu dans une proposition vidéo, et comment ? Les jeux entre les points de vue aux différents moments de la pratique vidéo ? Les narrations variées mises en œuvre dans le montage ?

    Si différentes visées peuvent être atteinte par le médium audio-visuel, à travers l’exemple de ce diptyque vidéographique, nous aimerions faire état de ce qui nous semble manifeste de la position de cette pratique à la croisée de la science et de la perception sensible. C’est entre autre à partir des réactions du public composé d’acteurs de ces moments filmés que nous développerons l’exposé des éléments par lesquels on atteint une nouvelle étrangeté au moment du visionnage.