Résumé

A partir d’un matériau composé principalement de quatre films[1] (« fiction » et « documentaires » pour rapidement énoncer ce qui serait leur genre), nous tenterons de mettre au jour ce que donne à voir ces représentations du quotidien (du travail et des articulations vie au travail/vie quotidienne). Que nous donne véritablement à voir ces images ? Nous montrent-elles des « choses vraies » ou ont-elles l’ambition de nous « montrer vraiment les choses » (Brecht) ? Si le point de vue des auteur(e)s est différent (du militant à la documentariste chevronnée), peut-on cependant en déduire des positions différentes au regard de la vérité ?

Cette communication sera pour nous l’occasion de discuter de la différence, ou non, entre un objet filmique et un objet scriptural, mode d’expression traditionnel de la sociologie. En mobilisant « Le Raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel » (Paris, Nathan, « Essais et Recherches », 1991) ouvrage d’épistémologie qui tente de spécifier l’espace des sciences sociales, nous nous efforcerons de montrer qu’objets filmiques et objets scripturaux s’inscrivent plus dans un continuum qu’ils n’opèrent une radicale rupture dans ce qui caractériserait la démarche sociologique. Nous tenterons de montrer qu’écriture filmique et écriture sociologique ne s’opposent pas mais au contraire ne sont que deux formes de rendu d’un réel qui persiste à résister à une appréhension objective. Bien plus, l’objet filmique pourrait bien nous donner à voir la fausseté d’oppositions faciles (holisme versus individualisme par exemple) en synthétisant, via ne serait-ce qu’une image, la variété des points de vue possible.

Note

[1] « Coûte que coûte » de Claire Simon, « La loi du marché » de Stéphane Brizé, « Merci patron » de François Ruffin et « Comme des lions » de Françoise Davisse.