Résumé

« Mon blé, c’est moi. Mais moi, je ne suis pas lui. Si j’en étais pas bourré, je ne serais pas moi. Et j’aurais pas à me poser la question, que je ne me pose pas d’ailleurs, c’est toi qui me la poses. C’est ceux qu’ont pas de blé qui se posent la question d’en avoir ou pas. Ceux qu’en ont, c’est pas une question, c’est une évidence. Ça te choque ce que je te dis ? T’es choqué ? »
Dans Les amants réguliers de Philippe Garrel.

« (…) Les transactions sociales coexistent régulièrement avec des transactions monétaires: les parents paient des nourrices ou des puéricultrices pour qu’elles s’occupent de leurs enfants (…). Les immigrants expédient de l’argent à leur famille restée au pays. Collectivement, ces transactions intimes ne sont pas négligeables. (…) Comme le montre la dévolution entre générations, les transactions intimes peuvent aussi créer ou entretenir des inégalités de classe, de race, de communauté et même de sexe. »
Viviana Zelizer, sociologue, dans « Transactions intimes », Genèses, n° 42, 2001, pp.121-144.

Synopsis du film

Ils parlent d’argent, racontent leurs histoires de fric, souvent pourtant en parlant d’autre chose. Ils parlent de leurs familles, de leurs conjoints, de leur travail, de leur banquier, de leur porte-monnaie. Ils sont jeunes ou vieux, hommes ou femmes, riches ou pauvres, tous aux prises avec l’argent de poche de leurs enfants, leur héritage, leurs comptes communs, leurs crédits, leurs dettes. L’argent est un fil pour dérouler l’ordinaire des vies. Que dit-il de nous et de ce monde où il s’est logé, installé dans le cœur des relations sociales ? Que dit-il à la cinéaste, à la sociologue qui, ensemble, l’observent, le décryptent, au plus près de ceux avec qui elles le partagent ?

L’argent du quotidien : le sonder, le montrer, en faire un fil du tissage des relations sociales contemporaines

L’idée principale du film est de montrer l’argent du quotidien et d’en comprendre les usages au plus près des individus ; l’argent qui, dans notre société, devient ici le fil pour comprendre comment les gens vivent aujourd’hui.

Ce film, c’est aussi la question du comment faire pour restituer l’ordinaire de ces vies, avec ou sans argent, pour que l’image et les petites histoires de vie qu’elle montre aient une force et une fragilité suffisantes pour en atteindre la complexité et pour faire écho aux vies de ceux qui regarderont. Notre pari est issu d’une rencontre, la nôtre, cinéaste et sociologue, toutes deux prêtes à partager notre point de vue, nos analyses, nos savoir-faire, nos hésitations, dans le but de servir ce projet de documentaire sur l’argent.

L’écriture du projet nous a amenées à confronter nos approches, à trouver ensemble ce que l’une et l’autre cherchons par ailleurs dans nos pratiques respectives – cinématographiques et sociologiques – c’est-à-dire un chemin à la fois sérieux et accessible, pour donner au plus grand nombre matière à s’interroger sur les ressorts économiques et sociaux de nos existences. Le documentaire (son écriture, puis son tournage en cours, son montage – à venir) est le résultat de ces confrontations de fond et de forme, qui deviennent elles-mêmes un matériau du film.

En effet, alors que la sociologue a pour habitude dans ses articles ou lors de conférences de livrer des analyses qui masquent en grande partie les coulisses de l’enquête, et qui désincarnent partiellement le matériau brut qui a permis de produire cette connaissance, le film s’invite dans les entretiens, dans les lieux de vie, de travail, de sociabilité, de consommation, montrent les corps, les visages, laissent entendre les voix, pour mieux entrer dans les trajectoires de vie, chacune emblématique de rapports différenciés à l’argent.

Filmer l’entretien sociologique permet également d’entrer dans un espace d’intimité très particulier. Le sociologue est une sorte d’« étranger impliqué », quelqu’un à qui l’on peut dire des choses importantes parce qu’il va repartir mais qui est tout de même venu spécialement pour les entendre. Comment filmer une sociologue à l’œuvre ?

Le film est également une invite à nous montrer à la caméra dans la diversité des temps qui jalonnent la fabrication : trouver l’argent du film, trouver le bon équilibre entre le brut et le travaillé, trouver les bons personnages, trouver la bonne distance au point de vue surplombant de l’expert… Il s’agit de permettre au spectateur d’assister au bricolage hors champ tout en contrôlant cette pratique « improvisée » du filmage.

Par ailleurs, toutes les questions qui ont surgi à l’écriture du film, qui continuent de surgir dans les nécessités de la réécriture de certains plans, de certains passages, de certains personnages, constituent aussi pour nous des archives puisque nous filmons nos séances de travail.

C’est toute cette fabrique d’un point de vue sur l’ordinaire des vies traversées par l’argent, ces équations incertaines que le film s’efforce de résoudre, qu’il nous semble intéressant de livrer lors de ce colloque. Notre travail, non pas porté par une seule sociologue devenant cinéaste ou photographe, mais par une sociologue et une cinéaste construisant ensemble un point de vue sur la vie quotidienne, instaure un dialogue permanent et nécessairement formulé au gré des prises, des choix de personnages, d’images, dont l’une et l’autre avons une idée elle-même portée principalement par nos regards affûtés à l’aune des nos « disciplines ».