Résumé

Nous partirons d’un film réalisé par un collectif[1] en réponse à une demande d’une mairie de la banlieue parisienne qui souhaitait avoir une meilleure connaissance de sa population féminine (à la suite du meurtre d’une jeune fille). Elle envisageait dans un premier temps de créer un observatoire de la situation féminine. Notre réponse à l’appel d’offre fut de proposer un film qu’on imaginait vecteur de débats et donc de propositions émergeant de cette population elle-même.

Pour les personnes interrogées, parler de sa ville, de la place que l’on pense y occuper, constitue un moment de réflexion sur la vie quotidienne lorsque l’on est sollicité pour participer à un film documentaire.

Ce film traite ou fit émerger 4 points de vue (3 dans le film et un autre « hors champ », celui de la mairie qui refusera la diffusion) :

  • le point de vue des habitantes de la ville dans leur diversité,
  • le point de vue des personnes « encadrant » la vie quotidienne des habitantes (enseignants, médecins, représentants des associations, élus municipaux, travailleurs sociaux, etc.),
  • le point de vue des sociologues-cinéastes qui met en tension les deux premiers points de vue,
  • le point de vue institutionnel des commanditaires.

Le montage fait parler la ville à travers des images et des sons et construit une cohérence avec les entretiens (tags, street art, solitude, interculturalité).

Cette diversité de points de vue favorise-t-elle une connaissance sensible de la vie quotidienne, loin peut-être de la rationalisation des politiques ?

Comment un événement dramatique révèle-t-il le quotidien de la population d’une ville ? Comme le processus filmique participe-t-il à la réflexion sur le quartier ?

[1] Sylvia Calle, Pierre Linhart, Christophe Nowak, Suzanne Newman et nous-mêmes.