Résumé

L’étude du « quotidien » en sciences humaines et sociales est peut-être plus qu’aucune autre associée à la prise en compte des points de vue individuels. De la reconstitution biographique dans le cadre d’entretiens à la mise en œuvre d’une empathie située au moyen d’un «partage du sensible» cher aux anthropologues (Laplantine, 2005), la restitution des mondes de l’autre prend appui sur un engagement personnel du chercheur. L’intersubjectivité généralement évacuée dans d’autres disciplines se situe de fait au cœur de la méthode et trouve une place dans l’écriture scientifique dont Yves Jeanneret a bien montré le caractère fondamentalement « polyphonique » (Jeanneret, 2005). Quels possibles offre la sociologie visuelle et filmée dans cette démarche à la fois décentrée et multifocale ? En contexte ethnographique la pratique du cinéma rend particulièrement manifeste le « regard » du filmeur, faisant de la délégation et de la démultiplication des points de vue un enjeu tout autant épistémologique et méthodologique qu’esthétique. Quelle vision le chercheur construit-il en cherchant à rendre compte du point de vue de l’autre? Comment s’entremêlent et s’ajustent dans les situations de prise de vue puis sur l’écran les différents regards portés sur une situation? Comment s’affirme finalement la double auctorialité du chercheur-cinéaste dans cette tentative de « s’accorder à ce qui se joue entre les personnes engagées dans une situations historiquement située », pour reprendre les termes de Christian Lallier (Lallier, 2010) ? En quoi est-elle productrice de savoirs qui restent dans l’ombre de démarches plus classiques et souvent moins réflexives ?

Je propose de contribuer aux réflexions sur ces questions à partir notamment d’une expérience de réalisation conduite en 2015 aux Ateliers Varan. Ainsi soient-elles, le film produit dans ce cadre cherche à saisir par les moyens du cinéma « direct » (Graff, 2011) et sans aucune interview l’engagement des deux libraires de Violette and Co, la librairie féministe de Paris. Moins un objet qu’un truchement, le « quotidien » de ce lieu de contre-culture unique en son genre rend possible une série de situations documentaires propices à l’analyse de la transmission des savoirs et des écrits féministes bien trop souvent restreints aux seuls cercles des initié-e-s. J’ai fait le choix de suspendre mon interprétation à celle(s) de Tara, une jeune stagiaire dont l’arrivée dans la librairie fait démarrer le tournage qui s’achève à son départ. Attentive à fixer ses plus infimes réactions aux propositions des libraires, mais également face au multiples ouvrages et images qui font de cet espace un sanctuaire de la cause des femmes et des minorités gay, lesbiennes et transsexuelles, j’ai éprouvé le recours à la caméra comme une ouverture du travail interprétatif dont je fais l’hypothèse qu’elle implique une fois le montage réalisé un partage fructueux de la réflexivité entre le chercheur et le regardeur. C’est cette hypothèse qu’explorera ma communication.

Références

  • Graff S., « « Cinéma-vérité » ou « cinéma direct » : hasard terminologique ou paradigme théorique ? », Décadrages, 18 | 2011, 32-46
  • Lallier C., Pour une anthropologie filmée des interactions sociales, Editions des Archives Contemporaines, Paris, 2010
  • Laplantine François, Le social et le sensible, introduction à une anthropologie modale, Téraèdre, 2005
  • Jeanneret Y., « « Une monographie polyphonique : le texte de recherche comme appréhension active du discours d’autrui », Etudes de communication, n°27, « Pour une approche communicationnelle de l’épistémologie des sciences sociales », Jeanneret dir., Lille, 2005