Résumé

Dans le cadre de ma thèse « Aller au cinéma en couple : une pratique socio-culturelle », je réalise des entretiens filmés des couples enquêté-e-s, majoritairement en présence des deux membres du couple.

J’étudie comment ces couples investissent au quotidien le rapport au cinéma, à la fois comme objet de représentations, comme sujet de conversation, comme activité pratiquée à la maison, et principalement comme sortie hors de l’espace domestique lors de la sortie en salle.

Dans les films qu’ils vont voir sont souvent représentés des couples, voire des couples allant eux-mêmes au cinéma. Les enquêté-e-s sont alors confrontés à des formes diverses de réflexivité, liées aux sujets des films (la vision de l’amour, du quotidien, des idéaux) et aux images qui en découlent, liées à l’exercice de la pratique (installation-déstabilisation d’un rituel).

Cette dimension réflexive m’a en premier lieu donné l’envie de filmer ces couples, d’incarner le thème de l’enquête par la réalisation d’un film documentaire sous la forme d’un montage d’entretiens[1]. Dès les premières réalisations d’entretiens conjoints filmés, je me suis rendue compte que la caméra était non seulement un outil d’investigation très pertinent pour ressaisir et analyser ces derniers, mais aussi qu’elle permettait, donnant corps aux enquêté-e-s, de susciter chez eux un désir de parler de leurs pratiques et ce le plus souvent de manière expressive.

Isabelle Clair, dans « dire à deux le ménage »[2] décrit très bien les particularités de ce type d’entretien « triangulaire », ce « jeu à trois variables » au cours duquel se réalise un « enchevêtrement de positions successives ». L’entretien suppose d’aborder une pratique culturelle commune, ce qui peut créer des tensions entre la volonté d’élaborer un récit à deux et celle d’affirmer sa propre voix. Ces mouvements de « solidarisation et désolidarisation », au sein du couple et vis-à-vis de l’enquêteur-trice, mènent à affirmer une « ribambelle d’identités » (de l’image que l’on veut renvoyer de soi et de son couple à l’enquêteur, à celles que l’on veut renvoyer à l’autre et à soi-même). L’enquêteur-trice doit trouver sa place dans ce jeu d’équilibre constant des subjectivités au sein du couple.

Or, la « mise en scène » particulière que suppose l’entretien conjoint est rendue concrète lorsque que celui-ci est filmé. Tout en renforçant ces effets de mise en scène propre à l’entretien conjoint – « le couple est en représentation » écrit Isabelle Clair – la caméra permet aussi de les révéler, de les voir apparaître de manière plus évidente. D’une part, elle permet d’avoir accès aux interactions non verbales entre les membres du couple : de la réaffirmation du couple par des regards, des gestes tendres, à des signes manifestes de désolidarisation (haussement des épaules, haussement de sourcils quand l’autre parle). D’autre part, la captation met en évidence les interactions non-verbales entre les enquêté-e-s, les prises à partie silencieuses auxquelles peuvent s’adonner l’un ou les deux enquêté-e-s avec l’enquêteur. Autant d’interactions auxquelles il est difficile de prêter précisément attention dans la dynamique de l’entretien sans avoir recours à un enregistrement visuel.

Outre cette attention à la dimension non-verbale qu’offre la caméra, il me semble que l’acte de filmer donne un sentiment de mise en valeur de la vie quotidienne aux enquêté-e-s, ici à travers la question sortie au cinéma. À l’intérieur du cadre proposé par l’enquêteur-trice, les enquêté-e-s se positionnent sur cette nouvelle scène, demandant parfois à repenser le cadre initial. La caméra semble inviter à une démonstration au sens propre : en évoquant leurs souvenirs de sorties au cinéma, certains couples vont jusqu’à remettre en scène leurs placements lors d’une séance, le mimer. Installée dans l’espace domestique[3], la caméra, après la distance et la gène qu’elle peut provoquer au début de l’entretien, laisse place à des formes d’appropriations du récit de soi et de l’enquête, les couples prennent en main leurs histoires au sens propre (par leur gestuelle) et figuré.

J’aimerais ainsi, à travers cette communication et à partir d’extraits, analyser comment l’entretien conjoint filmé permet de déployer la question du récit de soi (et de son couple) posée par la sociologie de l’individu, à travers la parole mais aussi à travers le corps. J’aimerais m’interroger également sur les formes de restitutions des entretiens filmés. Le mode de retour de l’enquêteur aux enquêté-e-s, par l’intermédiaire d’un film et son montage, donnant aux couples accès à l’image qu’ils ont renvoyé ensemble et renforçant leur réflexivité vis-à-vis de leur pratique.

Support utilisé : extraits vidéo d’entretiens conjoints réalisés dans le cadre de ma thèse.

[1] Je pratique le montage de fictions (courts-métrages) et de documentaires depuis quatre ans. J’avais réalisé un premier montage d’entretiens à la fin de mon master 2.

[2] Isabelle Clair, « Dire à deux le ménage », in De Singly, François (dir), L’Injustice ménagère, Armand Colin, Paris, 2007, pp.207-223. Toutes les citations proviennent de cet article.

[3] Les entretiens ont lieu dans le domicile des couples, ou celui d’un des membres du couple.