Résumé

Une pluralité de travaux sociologiques et anthropologiques sur le sans-abrisme mobilisent la photographie. Ces études sont conduites de deux grandes manières : soit l’ethnographe prend lui-même ses photos lors de son travail de terrain (Harper, 2006 ; Benoist, 2010) ; soit il collabore avec un photographe (Duneier, 1999 ; Bourgois & Schonberg, 2009). Nous proposons une troisième forme dans laquelle se sont les enquêtés – en l’occurrence des personnes sans-abri – qui prennent eux-mêmes des photos. Lors de notre communication nous reviendrons, photos à l’appui, sur ce dispositif d’enquête et ses apports pour penser les points de vue des acteurs dans la vie quotidienne.

Après un tâtonnement initial sur la manière la plus appropriée d’utiliser la photographie, nous nous sommes saisis de l’idée d’une personne sans-abri et avons décidé de confier durant plusieurs semaines des appareils photos jetables à des personnes sans-abri hébergées dans une structure médico-sociale (Lits Halte Soins Santé (LHSS)) où nous menons un travail de terrain. 7 « patients » – pour reprendre la terminologie employée dans l’établissement – ont participé à ce projet, pour un total de 138 photos. Ainsi, nous avons co-élaboré une « ethnographie coopérative » (Joseph, 2015) où « l’enquêté » devient « enquêteur » en participant activement au travail de recherche et à la production des matériaux. Nous ne leur avons pas posé de consigne a priori, les laissant libres de se saisir de l’appareil photo comme ils le souhaitaient. Ici se pose directement la question du point de vue à travers le cadrage photographique opéré par les patients sans-abri : qu’ont-ils pris en photo ? Et selon quels critères ?

Une fois les photos développées, il a été quasiment impossible de mettre en place des « photo- interview » comme nous l’avions initialement pensé, et ce pour différentes raisons : patients qui ont quitté la structure et que nous avons eu du mal à suivre dans le réseau de l’assistance ; état de santé trop grave voire décès. Nous avons donc fait dialoguer l’écriture photographique des patients sans-abri avec nos notes ethnographiques. Nous reviendrons sur ce « bricolage » propre à l’enquête de terrain mais qui est généralement peu explicité. C’est à partir de cette mise en dialogue que nous avons pu saisir le point de vue des personnes, les « significations des membres » (Emerson, Fretz & Shaw, 2010). Comme nous le montrerons, notre démarche a permis de faire émerger et de comprendre ce que signifie habiter une structure de soin au quotidien, du point de vue des patients sans-abri. Leurs photos d’acteurs, de lieux et d’objets nous permettent de saisir avec finesse le quotidien de ces patients, ce qui est importants pour eux, ce à quoi ils tiennent et donc, in fine, ce qui les fait tenir (Bidet, Quéré & Truc, 2011) dans cet établissement.

Notre propos reposera sur des photos issues de l’ethnographie coopérative et sur nos 10 mois d’enquête de terrain dans les LHSS de Villeurbanne.

Bibliographie :

  • Benoist Y. (2010), « Ethnographie, objectivation et image. Photographier des SDF et sortir des clichés », in Bruneteaux P. et Terrolle D. (dir.), L’arrière-cour de la mondialisation. Ethnographie des paupérisés, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.
  • Bidet A., Quéré L. et Truc G. (2011), « Ce à quoi nous tenons. Dewey et la formation des valeurs », présentation de Dewey J., La formation des valeurs, Paris, La Découverte, p.5-64.
  • Bourgois P. et Schonberg J. (2009), Righteous dopefiend, Berkley, University of California Press.
  • Duneier M. (1999), Sidewalk, New-York, Farrar, Strauss and Giroux.
  • Emerson R. M., Fretz R. I. et Shaw L. L. (2010), « Prendre des notes de terrain. Rendre compte des significations des membres », in Cefaï D. (dir.), L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, p.129-168.
  • Harper D. (2006), Good company : a tramp life, Boulder, Paradigm Publisher.
  • Joseph I. (2015), « L’enquête au sens pragmatiste et ses conséquences », SociologieS [En ligne], mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 29 décembre 2015. URL: https://sociologies.revues.org/4916