Résumé

Nous proposons dans le cadre de cette communication d’exposer une approche réflexive entre une recherche théorique sur le thème de la maladie mentale et un travail de terrain photographique et sonore mené dans le centre hospitalier spécialisé de Vauclaire en Dordogne. Hélène Tilman a entamé un travail photographique en 2012 dans le cadre d’une résidence artistique proposée par l’association Zap’art au sein de cet hôpital. Le temps passé dans ce lieu a alimenté et renouvelé sa réflexion théorique et l’a portée à introduire la prise de son, réalisée par Alexandra Tilman, dans cette démarche de recherche-création.En montrant des extraits de ce travail documentaire, sonore et photographique, autour de la vie quotidienne à Vauclaire, nous souhaiterions poser des questions qui nous paraissent essentielles et qui traverseront notre exposé. Elles seront d’ordre à fois théorique et pratique, ces deux dimensions étant très imbriquées dans notre démarche. Elles sont sans cesse liées à la dimension éthique et esthétique qu’induit un tel travail dans une telle institution. Par exemple: Qu’est-ce que veut dire « soigner la folie» aujourd’hui ?

Quels sont les tabous qui existent ? Qu’est-ce que ces tabous révèlent de l’impossibilité de vivre avec nos fous, de les regarder, de les soigner ? Pourquoi choisir de ne pas montrer ce qui nous fait honte ? Comment montrer les traitements qui réduisent la souffrance comme la pensée? Qui permettent de continuer à vivre mais aussi qui abîment, qui contiennent, qui contrôlent. Comment parler de l’impossibilité de soigner, de connaître, et parfois de montrer la folie ? Qu’est-ce qui est spécifique au documentaire par rapport aux autres formes de créations artistiques lorsqu’il s’agit d’aborder ces thèmes ? Qu’est-ce que le documentaire (photographique ou filmique) apporte à la sociologie dans un tel contexte?

En lien avec ces questionnements nous parlerons de notre posture lorsque nous sommes à l’hôpital. Nous expliquerons la façon dont nous travaillons, notre relation aux soignants, aux soignés et comment nous avons procédé à la prise de vue photographique et sonore.

Nous parlerons des éléments qui marquent la vie quotidienne dans l’hôpital où la vie est rythmée par la prise de médicaments, les repas, l’argent distribué tous les lundi immédiatement dépensé en cigarette, en café, en canette et en friandises à la cafét’. Dans ce quotidien renfermé sur lui-même entre les murs de l’hôpital, l’humour est omniprésent, la poésie est omniprésente, la souffrance est omniprésente.


Photographies d’Hélène Tilman