Résumé

Le sociologue-cinéaste ne peut nier, avant, pendant ou après le tournage, que le travail de terrain est une rencontre entre lui-même et l’objet qu’il est en train de construire, et que la problématisation est un processus réciproque de subjectivation de l’observateur et d’objectivation de l’observé. Face à son objet, le sociologue-cinéaste reconnaît, dans son travail, la nécessité de son implication sensorielle et subjective, qu’elle est même un des deux éléments de la co-naissance sociologique[1].

Par conséquent, il admet comme déontologique qu’apparaisse comme tel, dans son film, son propre point de vue[2].Le sociologue-cinéaste n’est pas un démiurge : son travail procède d’une rencontre sujet-objet qu’il ne peut éluder, et dont le film constitue le résultat nécessairement provisoire. C’est en effet au sein même du processus de cette rencontre que l’opposition réalité sociale / perception sensorielle peut être résolue, et que la captation des apparences et des choses sensibles peut, par le travail d’écriture et de montage, c’est-à-dire de conceptualisation, rendre compte d’un au-delà des apparences, c’est-à-dire de la dimension suprasensible des choses sensibles. Le sociologue-cinéaste se doit de capter, de tout ce qui se manifeste à sa caméra, la valeur symbolique – de reconnaître au plus banal et apparent des sens communs sa dignité significative, aliénée et existentielle.

C’est en tout cas une telle ambition qui motive ma recherche sur les changements en cours dans l’ancien bassin minier du Nord de la France dans le cadre de l’implantation du Louvre Lens et que je voudrai approfondir pendant cette communication à partir de l’analyse de quelques fragments d’un film en cours de réalisation. La question que je me pose devant l’aspect des choses qui me sont données de filmer, ce n’est pas ce qu’il cache ou recouvre, mais ce qu’il signifie.

Lorsque je filme des anciennes maisons de mineurs de fond du Nord de la France, ce n’est pas simplement un toit en tuiles sur quatre murs de briques rouges qui apparaissent, mais l’expression de hiérarchies et de rapports sociaux déterminés ; leur état d’abandon, leur décalage anachronique par rapport au type d’habitat contemporain, témoignent aussi de la marque du temps, soulignant la violence symbolique avec laquelle les valeurs dominantes se modifient et s’imposent.

Lorsque je filme les matchs du RCL, Le club de football de Lens, ce n’est pas simplement un stade rempli d’hommes et de femmes qui aiment ce sport qui apparait, mais une ferveur quotidienne et une forme de résistance des identités locales aux changements en cours. ­

A travers quelques exemples de ce type, je montrerai dans cette communication comment la manière dont je filme le quotidien me permet de montrer les rapports de domination et d’en donner une lecture sociologique.

Notes

[1] Proposition 1 du Manifeste pour une sociologie visuelle et filmique du Collectif Image et société, initié par Joyce Sebag.

[2] Proposition 4 du Manifeste.