Résumé

Comment rendre compte du quotidien des vieux migrants maghrébins par l’image photographique et l’image poétique, tel est l’objectif de ce travail réalisé il y a une dizaine d’année dans les hôtels meublés du quartier de Belzunce, à Marseille. Dans un croisement de regard débarrassé dans le mesure du possible des discours sur ces vieux migrants, où la parole n’illustre pas la photo, nous avons cherché à pénétrer l’opacité d’un réel « ordinaire ».