Résumé

Les leçons de trois observatoires photographiques en Ile-de-France, dans la région de Francfort-sur-le-Main et à Orléans

Bien qu’appartenant au secteur tertiaire, la logistique regroupe en grande majorité des ouvriers dont la profession consiste à approvisionner continuellement les grands centres commerciaux ainsi qu’une partie de l’industrie et parfois directement les particuliers. Cette activité, rouage essentiel des économies actuelles, est considérée comme une manne d’emploi à même d’assurer la relève des industries en déclin. Son développement se manifeste depuis les années 1980 par la concentration d’entrepôts dans des zones de plus en plus reculées des grandes agglomérations. La densité et l’architecture de ces concentrations remodèlent la morphologie des franges urbaines et contribuent à effacer les frontières entre villes et campagnes. Les ouvriers qui travaillent dans ces lieux sont confrontés à des tâches répétitives et physiques, à des horaires variables ainsi qu’à des statuts précaires. Certains vivent à proximité des périphéries où ils travaillent alors que d’autres y parviennent en empruntant ces mêmes autoroutes sur lesquels circulent les flux manutentionnés. Si leur travail fait l’objet de recherches très récentes, on connait peu la place qu’ils occupent dans les classes populaires ni le type de territoires dans lesquels ils s’ancrent.

Habituellement perçues par le grand public depuis les infrastructures et les véhicules de transport (autoroute, automobiles), ces zones sont souvent décriées pour leurs nuisances (sonores, paysagères). Assez paradoxalement, elles sont aussi dépeintes comme des zones « vides », peu animées, l’essentiel de leur activité se déroulant à l’intérieur des entrepôts et échappant à la vue du grand public. Les géographes et les urbanistes qui ont investi ce sujet le font surtout à partir d’approches cartographiques et statistiques qui tendent à écraser les corps dans les modes de représentation du lieu et à laisser dans l’ombre l’expérience qui en est faite quotidiennement. L’approche visuelle de ces périphéries urbaines et sociales vise donc à redonner une visibilité aux ouvriers qui les occupent et les traversent quotidiennement. Elle ambitionne également de contribuer à l’analyse des impacts territoriaux de la logistique à partir d’une approche sensible, en ramenant la perception de ces espaces « à hauteur d’hommes ».

Dans ce but, deux zones logistiques ont été retenues en France, dans l’Est de l’Ile de France et à proximité d’Orléans, et deux en Allemagne, dans l’agglomération de Francfort. Elles illustrent chacune à leur façon une transformation des bassins d’emplois en périphérie urbaine proche et lointaine. Dans chacune de ces zones sera mis en place un observatoire photographique qui, s’inspirant du modèle des Observatoires du paysage1, consistera à sélectionner une série de points de vue en fonction des objectifs de la recherche et des rencontres avec les acteurs du territoire pour les reconduire à intervalles régulier durant plusieurs années.

Rendre compte d’une zone logistique comme espace de travail quotidien suppose de construire un autre point de vue que celui que le grand public ou que les chercheurs ont jusqu’ici adopté. Il s’agit de photographier la zone non seulement en tant que paysage contemporain mais aussi à travers la dimension symbolique qu’elle dégage et les ambiances qui la traversent. L’image permet ici de retranscrire et de caractériser le pouvoir mobilisateur d’un lieu traversé par les logiques de flux comme l’illustre le maillage routier, l’étendu des parkings, ou la standardisation des espaces et des bâtiments. Mais ce sont aussi des ouvriers qui traversent cet espace, passent d’un entrepôt à un autre par le biais des agences d’intérim et tentent parfois d’investir les quelques interstices de la zone qui ne sont pas encore occupés par les infrastructures de la logistique et du transport. La construction de ce point de vue par le photographe passe par une manière de se situer dans l’espace, de s’y faire accepter et d’y négocier une place qui peut varier en fonction des zones considérées mais aussi en fonction de la configuration des équipes de recherche et de leur manière de « travailler leur terrain ».

Cette étude des usages pratiques d’un lieu d’activité constitue la première étape d’un projet d’ensemble qui ambitionne d’analyser la vie quotidienne au prisme des conditions de travail d’un groupe professionnel, et non pas seulement d’un groupe social élargi. L’enquête croise l’ethnographie classique et l’ethnographie visuelle pour comprendre en quoi travail et hors-travail fonctionnent ensemble, que ce soit par attirance ou par répulsion. La présentation sera donc aussi l’occasion de présenter les agencements possibles entre la représentation visuelle des territoires logistiques que ces ouvriers occupent et celle des espaces privés qu’ils se constituent.

1 Direction Générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN), Méthode de l’Observatoire photographique du paysage, Paris, Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, 2008.