Résumé

S’intéresser à la vie quotidienne d’habitants de quatre quartiers populaires européens à travers l’enregistrement de récits de vie et de vues photographiques en lien avec leurs représentations de la ville, tel est un des objectifs d’un programme de recherche international, le programme R.E.V. (Rester en (centre) Ville), dirigé par deux sociologues Yankel Fijalkow et Claire Lévy-Vroelant et mené par 12 chercheurs plus une sociologue-photographe. Cette recherche a débuté en 2013 et se termine début 2016. Elle concerne le quartier de la Goutte d’Or à Paris, le quartier de la Mouraria à Lisbonne, le quartier Heyvaert à Bruxelles et le quartier Volkert à Vienne.

A travers des échanges j’ai co-construit avec l’habitant les images produites. Le récit de l’habitant est réinterprété par la photographe à travers ses choix techniques de cadrage, de composition et de sélection ensuite des images. Ce dialogue est constant, au plus près des représentations de l’habitant et possible grâce aux conditions d’une situation d’observation participante. Nous nous sommes donc inspirés de la « méthode des itinéraires » de Jean-Yves Petiteau : il s’agit de « suivre celui (l’enquêté(e)) qui nous guide par le corps et la parole sur un territoire qu’il invente et qu’il construit par la mise en scène de son récit. Quelque chose d’explicite va se livrer dans l’instant. Le parcours n’est pas seulement le déplacement sur le territoire de l’autre, c’est en même temps un déplacement sur son univers de références » (Petiteau, 2001). Dans un cadre international il est d’autant plus intéressant d’utiliser cette méthode réinterprétée pour découvrir l’univers de chacun(e) des interviewé(e) étranger(e) à la photographe. L’intervention de la sociologue-photographe sur chacun des quatre terrains a créé un moyen de comparaison et de connaissance des différents systèmes de représentation sociale concernant l’approche d’un lieu et la vie au quotidien dans un quartier. Plusieurs exemples montrent en effet que la relation sujets photographiés/sujet photographiant placée au cœur de l’enquête révèle des aspects du terrain insoupçonnés (Conord, 2007). Dans ce cas de figure particulier où trois personnes sont impliquées (photographe, enquêteur et enquêté), des liens se créent entre ces dernières au fur et à mesure de la visite guidée du quartier. Les rendez-vous étaient fixés parfois au domicile de la personne qui retrouvait alors pour la deuxième fois le chercheur, cette deuxième visite a renforcé de manière constante, sur chacun des terrains, les liens de confiance entre enquêteurs et enquêté(e)s ; les prises de vues accompagnées ayant pour effet de libérer la parole. Certains ont parlé de leur cadre de vie quotidienne (cafés, boulangerie, boucheries, ateliers de coutures) bouleversé par les changements de quartiers en voie de gentrification. Grâce au procédé d’enquête in situ la sociologue-photographe, par l’image, objective en partie des situations vécues, des pratiques du quotidien dans la ville.

Dans ce cadre, la photographie offre un accès au sens que les habitants donnent individuellement aux transformations de l’habitat et à l’évolution des espaces publics par des images co-construites à travers les pratiques quotidiennes. Il n’y pas une image de la ville mais des images superposées. L’expression des différentes interprétations d’un récit par l’image semble alors révéler la diversité des points de vue sur le quartier produite par la variété des trajectoires sociales et personnelles des enquêtés. La photographie à caractère sociologique – et en particulier cette méthode des itinéraires qui implique complètement l’habitant dans la prise de vues et la visite du quartier – ajoute à la compréhension du système de lieux et de lien social au cœur de cette approche.