Résumé

En 1971 je fréquentais un groupe d’intellectuels/militants, qui depuis 1967, s’établissait à l’usine ou sur les chantiers « Servir le peuple » : c’est au nom de cet impératif politique qu’au tournant des années 60 et 70, des jeunes, pour la plupart étudiants, décidèrent de rompre avec leur destin pour aller s’établir en usine. A une période où la gauche extraparlementaire était plus active que jamais, ces militants maoïstes décidèrent de s’immerger en milieu prolétaire et d’aider la classe ouvrière à transformer la société. Activiste lycéen, j’avais en collaboration avec le docteur Jean Carpentier participé à l’écriture et à la distribution du fameux trac « apprenons à faire l’amour »[1] qui allait coûter à ce médecin atypique, installé (en immersion?) à Corbeil-Essonnes une interdiction d’un an d’exercice de la médecine. A cette occasion, j’ai rencontré des militants qui réalisaient un film sur cette histoire et utilisaient une des premières unités vidéo noir et blanc, le Portapak Sony. Après quatre ans passés à l’usine et sur des chantiers, la lecture de l’établi de Linhart[2], acheva de me convaincre de la dérision de cette démarche. Je commençais une formation de travailleur social, comme éducateur de rue (dans le quartier des Tarterets à Corbeil) et m’initiais au tournage et au montage cinéma, dans le cadre d’un stage proposé par Kodak dans les écoles d’éducateurs. Le travail d’éducateur de rue a beaucoup de points communs avec l’observation participante telle que l’a décrite William Foote Whyte. Tous les soirs je traînais dans le quartier[3] et tentais de trouver des réponses à une des questions concernant les jeunes du quartier. En les observant et en les accompagnant dans leurs errances, nous tentions d’avancer avec eux. Bien plus que si j’avais posé des questions, cette activité qui m’était interdite, m’aurait très vite rangé dans la catégorie policière et aurait automatiquement provoqué mon éviction du quartier. En 1983, je participais à un documentaire réalisé dans le quartier par Pierre Tredez[4] , ah ! Elle est belle la jeunesse, comme assistant expérimentant, un nouveau « métier » que l’on appellera plus tard fixer[5].

Les années 80 voient le triomphe de la communication d’entreprise, j’avais quitté l’usine, mais j’y retournais non sans-plaisir, derrière (caché) une caméra, au service d’une communication industrielle qui visait à créer, les conditions d’acceptabilité de l’entreprise pour son environnement et à l’interne pour les salariés. Je n’étais pas le seul à tirer quelques subsides de cette activité, je croisais des journalistes aussi connus que Patrick Poivre d’Arvor, Pierre Bond, immergés jusqu’au cou dans la nouvelle société des années 80, ils faisaient des « ménages »[6]. La posture était riche d’enseignement, la communication était reliée très étroitement à la direction générale que nous côtoyons pour prendre toutes les décisions concernant le projet de communication, mais nous tournions dans les ateliers libres de nos mouvements et de nos enregistrement… Les quinze années suivantes, je les ai passées comme directeur du département nouvelles Technologies et Communication des CEMEA[7].

Pendant trente années, j’ai produit et réalisé des documentaires dans diverses conditions de production en France et à l’International[8]. Dans les années soixante-dix, nous découvrions les charmes du matériel vidéo, dit « vidéo légère » et aspirions à développer des points de vue différents de l’idéologie dominante télévisuelle, du grand Satan de la télévision publique, « tous les soirs la police vous parle » notre projet était de redonner la parole aux citoyens.

Le temps a passé et cette question de l’immersion continue d’être au centre de mes préoccupations de documentariste et de chercheur en sociologie filmique, je prépare un doctorat sur la coopération (sous la direction de Dominique Glayman) et à l’instar de Nels Anderson[9] quand il écrivait en 1961 pour la réédition de The Hobos : « je ne suis pas descendu dans la fosse pour y jouer un rôle puis en remonter en ayant bien soin de brosser la poussière ; j’étais alors en train de sortir du monde des hobos. Pour utiliser une expression hobo, préparer ce livre fut un mode de « débrouille », une façon de gagner ma vie au moment où je faisais ma sortie. Le rôle m’était familier avant que commence la recherche. C’était dans le royaume de la sociologie et de la vie universitaire que j’endossais un « nouveau rôle ».

Le moment est favorable, jamais la question de l’immersion ne fût autant partagée. Journalistes, documentaristes, concepteurs de jeux vidéo, de dispositifs technologiques s’en emparent et les web-documentaires relancent la question de l’immersion. A un moment où le premier Ministre de la France, à propos des attentats de novembre 2015 prétend en avoir « assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses et des explications culturelles ou sociologiques à ce qu’il s’est passé.». Et il réitère, le 25 novembre, devant les députés : « Aucune excuse ne doit être cherchée, aucune excuse sociale, sociologique et culturelle.». Pourquoi ce rejet ? Ces déclarations ne s’inscrivent-elles pas dans une remise en cause bien plus large de la sociologie qui, à force de chercher des explications, donnerait des excuses aux contrevenants de l’ordre social ?

Ce colloque sur « le point de vue dans la vie quotidienne » répond à une urgence dans mon travail de recherche en sociologie filmique. Il a pour thème la coopération entre des entreprises de l’économie solidaire, tel que nous l’avons entrepris avec le labo de l’ESS[10]. Ce colloque arrive à un moment ou la recherche sociologique est provoquée dans sa capacité à produire des connaissances utiles au règlement des problèmes sociaux concrets. Résoudre des problèmes concrets, c’est l’objectif de ce que nous avons entrepris, en développant des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) regroupement d’activités, alternatives à la concurrence. Je représente dans le cadre de l’inter-réseau des PTCE, le Mouvement de l’Economie Solidaire[11], acteurs, promoteur immergé depuis cinq ans dans ce dispositif que nous avons fait inscrire dans la loi[12]. Agir et chercher est une interrogation que nous partageons également avec des chercheurs et des documentaristes qui, à l’initiative de l’association ADDOC[13], tentent d’organiser une journée de rencontre entre des documentaristes et des chercheurs sur la question de l’immersion. Cette rencontre est envisagée en juin 2016 en collaboration avec la SCAM, nous pourrons en septembre 2016 en présenter les premières images.

Notes

[1] Jean Carpentier, Textes libres, Paris, Éditions L’impensé radical, 1972. https://www.cairn.info/revue-lettre-de-l- enfance-et-de-l-adolescence-2001-3-page-73.htm

[2] Robert Linhart, L’Établi, Éditions de Minuit, Paris, 1978.

[3] William Foote.Whyte Street corner society, la structure sociale d’un quartier italo-américain, Paris : La Découverte, collection Textes à l’appui, 1995

[4] Conseiller d’éducation populaire et de jeunesse du Ministère de la jeunesse, philosophe, il a dirigé le vidéobus d’Ile de France, structure de production, de réalisation et de formation à l’image

[5] Dans les zones difficiles, notamment dans les pays en guerre, un « fixeur » (francisation de l’anglais fixer), ou accompagnateur, est une personne connaissant au mieux la région, faisant office à la fois d’interprète, de guide, d’aide de camp d’un journaliste étranger, pour lequel il peut organiser une rencontre avec tel ou tel personnage local. Ce terme des terrains militaires sera utilisé également dans les quartiers populaires en France à partir de 1995 non- sans poser de nombreux problèmes.

[6] En France l’expression « faire des ménages » est parfois utilisée au sujet de journalistes ayant effectué des prestations ponctuelles rémunérées, elle sous entend la connivence avec le monde politique et industriel.

[7] Les CEMÉA, mouvement d’éducation nouvelle, association d’éducation populaire, et organisme de formation professionnelle sont porteurs depuis plus de 70 ans, d’une large expérience sociale et collective. Les Ceméa sont reconnus d’utilité publique et sont agréés par les grands ministères de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, de l’Action sociale, de la Culture et de la Communication, des Affaires étrangères…

[8] Chronique d’un quartier, en collaboration avec Edouard Cuel https://www.youtube.com/watch?v=EIjBE_9JAmw Sur le fil de l’insertion, en collaboration avec Anne Galand https://www.youtube.com/watch?v=Kkj9JMWA5rI Laissez les avorter tranquille en collaboration avec Alima Arouali https://vimeo.com/78961386

[9] Nels Anderson, le Hobo, sociologie du sans-abri, Armand Colin, Paris, 2011

[10] http://www.lelabo-ess.org le Labo est un Think Tank, créé par Claude Alphandéry qui s’est donné comme objectif de faire connaître et reconnaître l’économie sociale et solidaire. Il se positionne également comme un Think-link, par l’animation d’un travail participatif afin de structurer une intelligence collective tout en valorisant les initiatives de terrain qui font l’ESS.

[11] Mouvement de l’Economie Solidaire,http://www.le-mes.org/

[12] la loi Economie sociale et solidaire (ESS) a été promulguée le 31 juillet 2014

[13] http://addoc.net/ Fondée en 1992 L’association s’est développée autour d’une double vocation. Elle mène un travail de défense du documentaire de création, de l’idée à la diffusion de l’œuvre. Elle cherche, d’autre part, à construire une pensée vivante du cinéma documentaire en permettant la réflexion et l’échange à partir de la pratique