Résumé

Les prisons sont des lieux intensément humains (Jewkes 2014, 389) et denses du point de vue des sciences sociales. Notre imaginaire est composé de représentations confuses qui viennent du cinéma ou des médias mais, quand finalement on entre pour la première fois dans la prison, ces images deviennent tout de suite tangibles, tranchantes, bouleversantes. On est touché d’une façon violente par l’endroit de la prison : l’espace même nous empêche rester indifférents.

En 2012, un groupe de chercheurs de l’Université de Gênes a décidé de faire de la recherche sur la vie des jeunes dans une grande prison du nord de l’Italie en utilisant la vidéo comme outil principal. On a proposé un atelier audiovisuel sur la vie dans la prison et on a travaillé avec quinze hommes entre 20 et 30 ans, italiens et étrangers. Pendant six mois un groupe interdisciplinaire – composé de sociologues, d’un réalisateurs de vidéos, d’un psychologue et d’un ethnopsychiatre – a rencontré chaque semaine ce groupe de jeunes pour recueillir des témoignages directs de leur expérience de vie et leur demander de mettre en scène certaines dynamiques de leur quotidien. Le résultat a été un documentaire de 42 minutes, « Loro Dentro ». À partir de la description de leurs pratiques et de l’affichage de leurs corps marqués par la douleur et l’expérience de la détention, un récit se construit, celui de leurs histoires, souvent liées à la migration, la marginalisation sociale et la toxicomanie. La prison devient un horizon possible, d’un accès facile, qui reproduit les mêmes mécanismes de séparation et d’isolement que l’on retrouve à l’extérieur : les distinctions entre Italiens et étrangers, la stratification en classes. Le quotidien oscille entre “domandine”, l’attente d’un entretien, l’espoir d’obtenir des peines alternatives. Malgré cela, on trouve entre les murs la solidarité, des liens et de l’affection.

oddone-lagomarsino-cannarella

De l’atelier au film, jusqu’à la publication d’un livre, la recherche s’est poursuivie et développée tout en montrant les multiples usages de la vidéo dans la recherche en sciences sociales.