Résumé

A partir d’extraits de leur film : Paysans on y croit dur comme ferme, 2016, 80mn.

Le chercheur est toujours placé du côté de l’observation et de la compréhension du quotidien de celle ou de celui qu’il filme et de ce qu’il filme. C’est difficile pour le chercheur de choisir la routine ou les ruptures. Dans notre travail filmique sur le quotidien d’une famille paysanne on voit bien qu’il y a des travaux et des formes sociales routinières et des ruptures (par exemple la panne de la machine à traire ou autres évènements perturbateurs ou intrusifs).

Nous interrogeons le quotidien d’une famille paysanne par le regard que nous portons sur leur vivre ensemble et séparément ; leur faire ensemble et séparément ; les moments de communication et les moments de non communication. Pour les chercheurs l’épine dorsale du quotidien de cette famille c’est le faire, le vécu inscrits dans un rapport au monde particulier. Les choix de vie et de travail opérés codifient leur place dans la société et dans le monde agricole. Les dires, les gestes, les pratiques sociales ne sont pas les mêmes au quotidien selon que l’on pratique une agriculture paysanne dans une ferme ou une agriculture conventionnelle dans une exploitation agricole. Le film fixe les manières de faire, d’être et de dire et propose ainsi ce que cette famille montre dans le quotidien pour faire société.

Cette histoire du quotidien paysan ne peut s’écrire que dans une approche particulière qui renvoie à la reconnaissance réciproque des chercheurs filmeurs et de la famille filmée. L’intime traverse le quotidien. Les véritables images de l’intime sont exprimées dans une situation d’intersubjectivité construite sur la confiance, la compréhension et l’écoute partagées.

Notre travail pourrait s’intituler : une sociologie filmique du quotidien ou le récit du temps. Néanmoins il y a de l’incomplétude dans ce titre, même si le temps est pour nous une dimension essentielle dans notre écriture filmique du quotidien : le temps de la rencontre, le temps des saisons, le temps qu’il fait, le temps qu’il faut pour faire les chose, le temps vécu, le temps raconté, le temps des uns, le temps des autres… et le temps reconstruit ou ré écrit au montage.

  • Le temps de la rencontre
  • Les situations d’observation ou le temps du corps à corps
  • Le temps du tournage : temps du quotidien et temps des saisons mêlés
  • Les temps de travail de chacun et les temps collectifs des pratiques sociales familiales alternés dans le quotidien, dans les saisons, et au montage

Le quotidien a guidé le tournage. Chaque matin du tournage, Sophie et Gilles nous disaient ce qu’ils avaient prévu de faire dans la journée, les enfants décidaient ou pas de participer à ces tâches ; Inès, leur petite fille de cinq ans a tout de suite envahi le cadre, elle était partout, participait a à tout et proposait elle-même des activités. On observait et on tournait. La caméra s’adaptait à leur rythme et à leur faire. Parfois on notait des activités qu’on leur demandait de refaire devant la caméra. Alors la caméra s’attardait sur les gestes. Le geste mal assuré de la greffe des arbres, le geste de planter des arbres les mains dans la terre, le geste de la traite de la vache et celui de la traite des chèvres, le geste de la fabrication des fromages…

Filmer le quotidien pour nous a consisté à nous mettre dans une posture de « relevés patients ». Nous avons effectué avec micro et caméra un chantier « d’archéologie sociologique ».