Résumé

Dans le cadre d’un projet sociologique sous forme de triptyque portant sur les enjeux du vieillissement dans des institutions et communautés closes (prison, couvent, communauté rurale autogérée), la communication présentera le travail photographique mené dans le couvent de Ste-Ursule, à Fribourg (Suisse)1.

Confronté au vieillissement de leurs membres et à l’impossibilité de la prise en charge par des plus jeunes des religieuses et religieux atteints dans leur santé, trois congrégations fribourgeoises se sont associées afin de créer un établissement de soins géré par des professionnels laïcs : l’ISRF (l’Institution de santé pour religieuses et religieux de Fribourg). L’ISRF occupe plusieurs étages du couvent de Ste-Ursule, ce dernier présentant, par le biais d’une fluidité architecturale, un étonnant mélange de fonctions et de populations (résidants de l’ISRF et Ursulines, professionnels de santé, habitants de la ville lors des messes).

Le quotidien du couvent, et en particulier dans les espaces de l’ISRF, est saisi par le biais d’une démarche photographique. Ce choix, qui traverse les trois terrains choisis pour le triptyque sociologique, est présidé par la volonté de saisir de façon concrète la dimension corporelle, et, plus largement, sensible du vieillissement dans les univers choisis. Saisir au plus près la vie ordinaire du grand âge dans ces univers clos, confrontés de façon inédite au phénomène du vieillissement de la population et de l’augmentation des besoins de soins, éclaire de façon stimulante le vieillissement dit « ordinaire ».

Il s’agit alors, pour la sociologue de la vieillesse rôdée aux méthodologies classiques, de se défaire des grilles d’entretien et d’observation, pour regarder, à travers l’objectif, ce que les espaces et les êtres lui disent, pour « faire parler » autrement. Cette démarche mobilise de façon particulière un savoir préexistant (sociologie de la vieillesse), construit sur le temps long, en le laissant prendre la forme de l’intuition, voire de l’émotion. En ce sens, la subjectivité de la photographe s’enracine dans l’objectivité de la sociologue.

1 Je remercie Annick Anchisi (Haute Ecole de Santé Vaud) qui dirige la recherche « Le prix de la coutume », communautés religieuses, vieillesse et évolution de la prise en charge de soins » (Fonds national suisse pour la recherche scientifique) qui m’a permis d’inscrire mon projet de recherche dans le sillage du sien.