Résumé

Nous voudrions présenter un dispositif reposant sur la capacité de la photographie à faire émerger certains aspects de l’espace urbain hors de l’invisibilité relative où nous les tenons habituellement afin qu’ils ne nous perturbent pas dans nos activités quotidiennes.

Cette démarche s’appuie sur l’idée qu’ordinairement, préoccupés par les finalités de nos activités, nous ne sommes jamais totalement attentifs aux caractéristiques sensibles de l’« ici maintenant » où nous nous tenons. En dehors de situations privilégiées propices à la contemplation, la déambulation quotidienne des habitants d’une ville peut, à bien des égards, apparaître comme une activité sans point de vue. C’est sur ce fond d‘invisibilité relative que, depuis plusieurs années, appuyant nos méthodes sur la photographie, nous nous intéressons au surgissement de certaines formes visuelles ainsi qu’à leurs conséquences relationnelles et éthiques[1]. Nous avons pu montrer que cette relative indifférence à l’environnement s’apparente davantage à une forme d‘« inattention civile »[2] qu’on pourrait étendre à certains objets qu’à la « minimalité » telle que l’envisage A. Piette[3], ou à la place que tiennent les « affordances » dans nos pratiques ordinaires[4], car elle possède des enjeux moraux et sociaux concernant ce qui est digne ou indigne d’être vu. Ainsi, une salissure sur un trottoir. habituellement non remarquée, mais simplement désignée par la visée du photographe qui oriente son appareil vers elle, appelle une stratégie de détournement du discrédit qui pourrait lui être attaché et invite les passants à désigner un « salisseur » responsable[5].

Afin de décrire les capacités de la photographie à bouleverser les « allant-de-soi » de la perception visuelle ordinaire, nous nous appuyons sur la notion d’« in/vu » que nous empruntons, pour la transformer, aux réflexions de J.-L. Marion sur la peinture[6]. Dans cette perspective, après avoir travaillé sur la façon dont la photographie fait surgir ce qui est ordinairement jugé indigne d’être vu, nous travaillons sur la manière dont elle peut souligner ce qui mérite d’être regardé et qui appelle attention.

Nous avons obtenu un financement de l’Université de Franche-Comté ainsi qu’un soutien de la Mairie de Besançon pour l’affichage de 20 panneaux de 2 m2 dans le centre de la ville afin de mettre en place un dispositif visant à produire des interpellations esthétiques dans l’environnement quotidien des citadins :

1/ faisant émerger de l’in/vu pour les étudiants que nous équipons d’appareils photographiques et que nous accompagnons lors de leurs prises de vues ;

2/ donnant à voir cet in/vu à des passants à travers l’installation de ces panneaux exposés en 5 lieux publics ;

3/ permettant, sur la base des techniques de « photo elicitation interview »[7], d’interroger les personnes adoptant une posture de spectateurs devant ces panneaux.

Nous appuyant sur des clichés, nous présenterons, de manière comparative, les résultats de nos travaux. La première partie de notre communication reviendra sur les effets de la révélation photographique de l’indigne (graphs et salissures), la seconde partie présentera la requalification de certaines caractéristiques sensibles des lieux publics par l’exposition de leurs clichés. Nous montrerons comment, à propos de ces photographies qui rompent la relative anesthésie propice aux activités quotidiennes, l’éthique se lie à l’esthétique dans la constitution de nouveaux points de vue sur la ville.

Notes

[1] C. Guinchard, « Intervisibilité en milieu urbain » in Apprentissages, créations de la ville et dans la ville, Paris, Editions de l’Aube, 2005. C. Guinchard, J.-F. Harvard, L. Ogorzelec Guinchard : « La propreté des rues sous le regard des autres, du chercheur et du photographe », In Environnement : la concertation apprivoisée, contestée, dépassée ?, dit. L. Mermet D. Salles, De Boeck, 2015.

[2] E. Goffman, Comment se conduire dans les lieux publics, Paris, Économica, 2013.

[3] A. Piette, Anthropologie existentiale, Paris Éditions Pétra, 2009.

[4] J. J. Gibson : Approche écologique de la perception visuelle, Bellevaux, Éditions Dehors, 2014. Sur les liens avec la phénoménologie on lira la postface de cet ouvrage par C. Romano intitulée « La révolution non copernicienne de James J. Gibson ».

[5] C. Guinchard : « Observation photographique : disqualification et déqualification de l’espace et des personnes », Espaces et Sociétés, n° 164 – 165, Dossier L’observation et ses angles, mars 2017.

[6] J.-L. Marion, La croisée du visible, Paris, PUF, 2013 ; Courbet ou la peinture à l’oeil, Paris Flammarion, 2014.

[7] D. Harper, Visual sociology, London, Routlege, 2012. S. Maresca et M. Meyer, Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013.