Résumé

Au cours de l’été 2015, nous avons proposé à 6 jeunes (16-20ans) habitants d’une cité HLM de la région parisienne (Les Mureaux – Yvelines) de jouer leur quotidien et de s’interroger sur l’amour et les rapports filles-garçons dans la cité à partir d’un scénario écrit en amont. Ce dernier relate la rencontre entre ces jeunes et un réalisateur venu tourner une adaptation contemporaine du roman de Laclos Les liaisons dangereuses dans la cité.

Cette expérience bien que cadrée au départ a laissé une grande place à l’improvisation afin que les jeunes puissent s’emparer du film, en changer les lignes et nous livrer leur regard sur les sujets abordés par le film. Ainsi le film qui en a résulté n’a cessé de se réinventer au tournage. Il s’agissait de faire émerger chez les jeunes une réflexivité et des paroles que d’ordinaire l’on n’entend pas.

Cette communication se propose d’explorer la façon dont le tournage d’un film peut déplacer le regard du chercheur, son point de vue sur la réalité sociale étudiée. En effet si le film est une écriture, un mode de restitution des connaissances, il peut aussi produire sa propre réalité et amener le chercheur à reconsidérer le cadre initialement posé.

Le sociologue-cinéaste peut il travailler avec les imprévus ? Peut on tourner une scène – filmer le quotidien – en oubliant son point de vue ? Dans quelle mesure l’expérience d’un film peut elle transformer la communauté éphémère qui se constitue le temps d’un film ?

Nous tenterons de répondre à ces questions à partir d’un extrait du film lors duquel trois des jeunes filles recrutées pour le film discutent de leurs vies amoureuses respectives avec l’assistante du réalisateur autour d’une chicha. Cette scène dans laquelle vie réelle et vie fictionnelle s’entremêlent constitue un véritable basculement de point de vue pour le chercheur comme pour les participants. Chacun fait un pas vers l’autre et se trouve lui-même transformé et déplacé par cette expérience collective.