Résumé

Une vingtaine de documentaires ont été réalisés avec les habitants de la cité Berthe de La Seyne-sur-mer depuis 1999. Après dix ans à établir un lien dans le cadre d’ateliers cinématographiques avec la population d’un quartier que l’on stigmatise souvent sous les noms de « cité », « ghetto » ou « zone-de-non-droit » (Avenel, 2005), le dispositif socio-technique (Agamben, 2006) qu’offre le documentaire a évolué. Ces dernières années, il propose une méthode (Cyrulnik, 2008) pour faire entendre la parole des habitants sur la vie au quotidien dans ces quartiers souvent en pleine mutation urbaine. Leur récit de vie s’est nuancé à travers la réalisation de documentaires dans d’autres cités du sud de la France, dans le cadre de la série « Habiter le territoire » (incluant, à travers neuf documentaires au total, cette cité Berthe de La Seyne-sur-mer, le quartier Le Carami à Brignoles, l’ensemble des quartiers de la ville de La Ciotat, et la cité Air Bel à Marseille). Les propos tenus dans les films peuvent alors se lire historiquement, et se nuancer sociologiquement, architecturalement et géographiquement.

Le fait de venir prendre la parole face à la caméra catalyse les comportements incitant à se tenir un peu plus droit, à articuler un peu plus, à avancer vers la caméra en roulant les mécaniques et/ou en se cachant derrière une cagoule, mais aussi et surtout à composer au mieux son propre discours sur la manière de vivre dans ces territoires particuliers. Un point de vue s’affirme. Des codes d’échanges s’établissent basés sur une approche compréhensive (Paillé et Mucchielli, 2005). Le filmeur aide le filmé à articuler une pensée et composer un récit sur cette vie quotidienne (Paillé et Muchhielli, 2005). Cela favorise leurs interactions. Le film témoigne de leur relation, de leur registre d’échange, et de l’évolution de la réflexion au sujet de l’impact de ces mutations urbaines. Puis, ce sera aux spectateurs d’interagir les uns avec les autres lors du débat qui suit la projection, pour reformuler à leur tour ce qu’ils ont vécu lors de la projection, pour nuancer leurs propos ensemble, fédérant ainsi une nouvelle communauté de spectateurs (Cyrulnik, 2015).

Les travaux durant des années sur l’ensemble de ces territoires en mutation suscitent un évènement qui rompt le rythme de la vie quotidienne. L’événement naît de « ce moment où, ici et maintenant, une rupture s’opère entre une dimension singulière et collective, aidant ainsi le sujet à prendre conscience de son identité » (Lamizet, 2006). Ces travaux obligent les habitants à se questionner au sujet de la vie dans leur cité et à affirmer leur point de vue face à cette caméra, qui constitue elle-même un autre évènement par sa seule présence. En témoignant d’une réalité, ces situations particulières incitent à affirmer le discours des habitants (Marti, 2012).

Le fait de construire une représentation filmique de leur territoire à partir de ces différentes étapes de reformulations phénoménologiques (au tournage et lors du débat) va permettre de prendre un peu de distance sur ce qui est dit, montré et/ou entendu. Daniel Bougnoux (2006) explique que ce qui importe dans le mot « représentation » c’est le préfixe « re », parce qu’avec lui une distance, un prise de recul par la nécessité d’une reformulation, prend corps et ancre un peu plus l’objet présenté dans une relation. Cette forme d’interaction aide à la définition d’une identité à la fois individuelle, collective et territoriale. En composant un discours sur ce territoire et la manière d’y vivre, une représentation s’affirme et aide à mieux le comprendre afin de sortir de toute stigmatisation (Cyrulnik et Meyer, 2016). La diversité des échanges ancre un peu plus ces territoires dans une perception sensible à travers les propos (subjectifs et phénoménologiques à la fois) de leur vie au quotidien.

Le film documentaire se propose comme une méthode pour faire émerger ces points de vue à travers les discours des habitants, puis pour les faire entendre. Le spectateur au final va acquérir une connaissance (Niney, 2002) de la vie dans ces cités à travers l’expérience (Dewey, 1915) qu’il en fait lors de la projection et des échanges qui suivront au moment du débat ; il va s’éloigner des clichés sur les cités en entrant à son tour dans cette approche compréhensive (Paillé et Mucchielli, 2005) initiée par le film.

Bibliographie

  • AGAMBEN G., 2006, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Rivages Poches, Petite bibliothèque
  • AVENEL C., 2005, Sociologie des « quartiers sensibles », A. Colin.
  • BOUGNOUX D., 2006, La crise de la représentation, Paris, Ed. La découverte.
  • CYRULNIK N., 2008, Représenter le monde et agir avec lui, la méthode du documentaire de création, Thèse de doctorat, sous la dir. de P. Dumas et F. Renucci, Université du Sud – Toulon Var.
  • CYRULNIK N., 2015, Le documentaire, un espace de liberté pour une nouvelle communauté, in Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication n°7, dirigé par Gino Gramaccia.
  • CYRULNIK N. et MEYER V., 2016, « Des territoires et des récits: milieux, médias et médiations », in La mise en récit des territoires méditerranéens: langages et objets, dirigé par Natacha Cyrulnik et Vincent Meyer, revue du Gerflint – Synergies mondes méditerranéens n°5 / 2016, à paraitre début 2016, ISBN 2110-6126/ ISBN en ligne 2261-1061.
  • DEWEY J., 1915, L’art comme expérience, Paris, Coll. Folio Essais, Gallimard, 2005.
  • LAMIZET B., 2006, Sémiotique de l’évènement, Paris, Hermès Lavoisier.
  • Marti, M. 2012. « Le récit : de l’objet littéraire au discours scientifique », in Marti M. et Pélissier N., Le storytelling : Succès des histoires, histoire d’un succès. Paris, L’Harmattan, pp. 39