Résumé

Cette proposition de communication trouve son ancrage dans la rencontre d’un documentariste formé à la sociologie et d’une sociologue qui souhaite mobiliser le support filmique pour rendre compte des résultats d’une recherche-action. Ce qui constituera le cœur de notre intervention est notre nouveau projet de documentaire et les premiers extraits filmiques réalisés. Ce projet porte plus précisément sur les pratiques quotidiennes des professionnels du funéraire, notamment d’une thanatopractrice et d’un nettoyeur de scène de morts violentes. Ces derniers ont pour mission de maintenir une frontière étanche entre la souillure et le corps social, entre l’impur et le sacré. Ces-derniers travaillent le mort au corps et définissent eux-mêmes leur activité comme un « métier de l’ombre ». Pour se préserver de ce corps mort, ils mettent en place des stratégies d’évitement et construisent une rhétorique basée sur leur utilité sociale ainsi que sur le caractère scientifique et esthétique de leur activité. Ce traitement thanatopraxique consiste principalement à effacer, gommer, faire disparaitre la matérialité de la mort. Dans un questionnement plus général, nous souhaitons interroger par le biais du support visuel, notre rapport culturel à la mort, par le biais de l’effacement de ses traces. Ces professionnels sont souvent stigmatisés socialement alors même qu’ils sont les instruments d’une réponse sociale donnée au traitement des cadavres dans nos sociétés. Cette utilité sociale est donc corrélée à la manipulation de savoirs coupables que la société leur délègue et dont ils font leur routine. L’être humain cache sa mort comme il cache son sexe et ses excréments, comme s’il ignorait toute forme de souillure, il revient alors au thanatopracteur de prendre la relève. Ce dernier, derrière le rideau, dissimule, absorbe et enveloppe notre mort pour la transformer en métaphore de la vie.

En nous attachant à suivre et à filmer dans leur quotidien ces professionnels, nous proposons dans cette communication de revenir sur trois mises en scène inhérentes à l’objet : celle du cadavre, celle du quotidien des professionnels du funéraire et enfin celle qui émane de la relation filmeurs-filmés.

Dans un premier temps, nous aborderons le corps mort comme œuvre d’art, à travers, d’une part, le discours des personnes rencontrées et d’autres part, les observations et séquences filmées. Outre la « leçon d’anatomie du docteur Tulp» de Rembrandt, le cadavre est considéré par ceux qui agissent dessus dans une visée esthétique, comme un « bijou » que l’on va « rendre beau » en maquillant, en sculptant, en restaurant, en jouant des lumières. Comme toutes les œuvres, celle du thanatopracteur est signée et visible indépendamment des autres dans l’encadrement représenté par le salon funéraire.

Dans un second temps, nous nous interrogerons plus précisément sur la véracité de filmer le quotidien. En demandant à l’enquêté de nous montrer son quotidien tout en lui demandant de se mettre en scène -refaire certains gestes-, pose la question de la possibilité de filmer le quotidien. Par ailleurs, comment, à l’image, faire ressentir la dimension routinière ? Serait-ce jouer sur une temporalité longue, une situation qui dure sans parole et sans hors champs pour insinuer chez le spectateur le déroulement d’un acte normale, habituel et quotidien ?

Enfin, nous souhaiterions revenir sur la manière dont il est possible de s’emparer de l’indicible, d’un invisible fondamentale qu’est la mort. En effaçant les traces de la mort, de l’accident, qu’il s’agisse des traces sur le corps ou dans l’environnement direct du cadavre, nous tentons de réifier ce qui est invisibilisé. Alors que ces professionnels sont là pour gérer ce qui est évacué par les non-initiés, comment mettre en image ce renversement du quotidien opéré justement par nos points de vue différents ? Comment mettre en scène l’invisible et l’inanimé, le caché, le corps mort, la mort ? Outre les pratiques professionnelles, comment, avec la caméra, donner à voir une routine alors que l’acte lui-même relève de ce qui n’en est justement pas une pour la société ? Jusqu’où filmer le geste du thanatopracteur et du nettoyeur ? Comment mettre scène et donner à voir ce qu’une société cherche à se cacher ? Faut-il, à la manière de Manuela Frésil dans « Entrée du personnel » ne pas filmer ce qui relève du corps et de la souillure ou à l’inverse le montrer ? Et si tel est le cas, comment le filmer ? Comment faire ressortir le sentiment d’invisibilité sociale, de « métier de l’ombre » mis en avant par nos informateurs alors qu’il faut donner à voir par l’image ? Comment gérer le rapport de négociation et de coopération entre ce que souhaite montrer le filmeur et l’image que le filmé veut donner de lui ? Cela pose ainsi la question de la distanciation à l’objet et aux personnes dans la relation triangulaire que Patrick Leboutte met en avant entre le filmeur, le filmé et le spectateur.