Résumé

Le vieillissement dans l’espace urbain a été encore peu étudié par la sociologie. On ne sait ainsi que peu de choses sur les stratégies et les adaptations mises en place par les acteurs dans le but d’aménager, face aux conséquences du vieillissement, leur vie quotidienne (Caradec, 2012). Dans cette optique, nous avons mis en place un dispositif d’enquête utilisant plusieurs méthodes de recherche, dont l’utilisation participative de la photographie. Une vingtaine de personnes âgées, résidant dans deux quartiers d’une ville grande de Suisse romande ont participé à l’enquête. Chacune de ces personnes a été chargée de prendre des photos de son quartier en suivant quatre thématiques1. Ces photos ont ensuite servi comme base à un entretien et nous ont permis d’aborder leur rapport quotidien à leur quartier, tant à travers leurs représentations que leurs pratiques.

Cette communication propose de revenir sur cette enquête, sur les enjeux méthodologiques, mais surtout sur le potentiel analytique de cette technique de recherche participative. La photo élucidation permet, en effet, de faire dialoguer à la fois la production photographique des personnes interviewées et leurs discours. Par la force des images, cette technique a un potentiel pour générer des données différentes d’un entretien classique, notamment plus ancrées dans un ressenti émotionnel et une expérience sensorielle de la ville (Becker, 2001; Harper, 2002; Schoepfer, 2014). Elle permet de saisir, par les photographies, les représentations des acteurs, leurs pratiques et leurs émotions. Par ailleurs, la photographie semble parfaitement convenir à l’étude des pratiques quotidiennes dans la ville (Du et Meyer, 2008), mais également au sens donné à l’espace et les ancrages géographiques des individus (Chaudet et Péribois, 2014). En effet, elle nous permet de mettre en lumière la manière dont les individus dessinent leur ville, pour reprendre l’expression de Michel de Certeau (2002), à travers leurs pas et leurs pérégrinations. Ainsi, le sociologue peut construire un regard proche de l’expérience des individus et éviter l’écueil d’une vision surplombante des acteurs.

Références

  • Becker Howard S (2001), Sociologie visuelle, photographie documentaire et photojournalisme, Communications, 71(1), pp. 333-351.
  • Caradec Vincent (2012), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement: Domaines et approches, Paris: Armand Colin.
  • Chaudet Béatrice et Péribois Carine (2014), Une enquête géo-photographique participative pour interroger les modes d’habiter des seniors tourangeaux: une proposition méthodologique, Norois, (232), pp. 23-34.
  • De Certeau Michel (2002), L’invention du quotidien: arts de faire, Paris: Folio.
  • Du May et Meyer Michaël (2008), Photographier les paysages sociaux urbains. Itinéraires visuels dans la ville, ethnographiques. org, (17), [en ligne], http://www.ethnographiques.org/2008/Du,Meyer, (consulté le 22 octobre 2015).
  • Harper Douglas (2002), Talking about pictures: A case for photo elicitation, Visual studies, 17(1), pp. 13–26. Schoepfer Isabelle (2014), Capturing neighbourhood images through photography, Visual Ethnography, 3(1), pp.7-34.

Note

1 « Là où je vis. » ; « Ce que je trouve beau. » ; « Les lieux que je n’aime pas. » ; « Mes trajets fréquents. ».