Quatorze propositions pour une sociologie visuelle et filmique

Les propositions suivantes résultent d’un travail de confrontation entre spécialistes des sciences humaines et cinéastes. Ce Manifeste pour une sociologie visuelle et filmique a pour objectif d’associer la démarche du sociologue proprement dite à celle du documentariste.

Ce champ relève à la fois du prolongement d’une démarche qui a existé dans les années 1950-1970 et de sa renaissance ou de sa re-création ; reconnaître le caractère cumulatif de la démarche participe d’ailleurs de son développement.

La sociologie qui s’est construite dans la confrontation avec les autres disciplines comme une activité scientifique a créé les méthodologies d’une approche qui la légitime dans le champ des connaissances. Relire le processus de production scientifique de l’écrit nous permet de mieux comprendre ce qui peut générer le processus de production scientifique sociologique par l’image et le son.

Longtemps négligée ou non posée comme essentielle, dans le développement d’une production abstraite, la perception visuelle et sonore a retrouvé chez nombre de sociologues son droit de cité. En effet, celle-ci participe pleinement de la construction de l’objet, moment fort de la problématisation qui repose sur la mobilisation de l’appareil conceptuel s’articulant au travail de terrain. Cet ensemble fonde le background du sociologue, ce par quoi il a été initié, ce par quoi il se distingue et qui participe du processus de production d’une représentation du réel. Les écrits sociologiques qui en découlent sont à leur tour réinterprétés à l’aune des savoirs et des perceptions du lecteur.

Penser le processus de production scientifique dans le documentaire sociologique relève d’une démarche similaire. Les couples réalité/perception sensorielle, construction de l’objet/travail de terrain, appareil conceptuel/enquête préalable sont aussi mobilisés par ce même background du sociologue documentariste. Mais la captation sensorielle acquiert ici un autre statut, la vue et l’ouïe y sont visibles et audibles à travers l’image et le son et participent pleinement de la construction de la représentation du réel. Le cadrage, le choix des séquences, le hors champ, le son, les mouvements de caméra, le rythme, le choix des temporalités qui s’opèrent dans la prise de vue et le montage rendent compte explicitement du point de vue, tandis que la diffusion du documentaire à l’écran le confronte à la réception et au background du spectateur. Ce manifeste loin de vouloir normer ce champ a pour objectif de favoriser les débats et les réflexions pour que soit reconnue l’écriture visuelle et filmique de la sociologie.

1 – La sociologie visuelle et filmique n’est pas une méthodologie

Pratiquer la sociologie visuelle et filmique peut être perçu comme l’utilisation des outils audiovisuels :

  • la caméra pour capturer des données et des faits sociaux
  • ou un film déjà réalisé pour enseigner.

Le documentaire sociologique est une démarche originale qui intègre l’image et le son à la sociologie pour un résultat novateur. Le sociologue construit la singularité de son approche et c’est à partir de cette singularité, que s’opèrent l’observation, l’analyse et la conceptualisation. Il est en effet important de ne pas séparer la subjectivation de l’observateur du travail de conceptualisation.

2 – Le documentaire sociologique associe la démarche sociologique au travail du cinéaste

La sociologie appréhende la réalité sociale avec des concepts et des paradigmes. Le documentaire sociologique veille à ce que le langage cinématographique se combine avec la pratique et l’argumentation sociologique. Le sociologue appréhende le réel dans le langage verbal. Le langage cinématographique lui offre la possibilité de nouvelles significations.

3 – Le documentaire sociologique surmonte la tension entre le langage du cinéma et l’argumentation sociologique

Tout en redonnant sa place à l’émotion, à la narration, aux individus qui deviennent des personnages, la sociologie visuelle et filmique ne se départit pas de sa scientificité, entendue comme la capacité à questionner, à conceptualiser, à ne pas se soumettre à l’opinion commune mais à aller chercher plus avant le sens des choses.

4 – Le documentaire sociologique déconstruit l’évidence

Il rejoint ici la critique sociologique des prénotions. Le point de vue du sociologue cinéaste est un point de vue construit, scientifique et situé. Le point de vue exprimé dans le documentaire est une proposition d’interprétation de la réalité sociale. Laquelle est construite à partir de la diversité des points de vue.

5 – Le documentaire sociologique met en débat la diversité des points de vue

Le caractère de ce travail qui se fonde sur la volonté de croiser des regards très divers sur une même question permettra aux différents acteurs sociaux de se reconnaître et d’avoir le sentiment d’une écoute de leur point de vue. Les visions parcellaires multiples se confrontent et offrent au regard des spectateurs la liberté de la réflexion. Le documentaire sociologique situe la parole en l’associant à des histoires et à des trajectoires singulières, professionnelles et générationnelles. Il donne de premiers résultats dans lesquels un certain nombre d’acteurs sociaux devraient se reconnaître et ouvre au dialogue avec ceux qui seront interpellés par ces questions. La qualité d’un film à caractère scientifique conduit à une large diffusion d’un travail de recherche qui suscite des questionnements fructueux.

6 – Le documentaire sociologique montre les relations intersubjectives

Le documentaire sociologique donne une grande visibilité aux interactions et aux relations intersubjectives qui sont au cœur des objets de certains courants sociologiques contemporains.

7 – Le documentaire sociologique cherche à montrer les fondements des phénomènes sociaux

Le documentaire sociologique se propose de dépasser la présentation des apparences sociales. Il suggère et/ou montre les ressorts et les mécanismes qui sont aux fondements des phénomènes sociaux.

8 – Le documentaire sociologique se distingue du documentaire militant

Le documentaire sociologique se distingue du documentaire militant qui privilégie un seul point de vue aux dépens d’une construction plus complexe des thèses en présence et des faits sociaux.

9 – Ce qui nous conduit à définir la sociologie visuelle et filmique

La sociologie visuelle peut être entendue comme celle qui utilise les images fixes ou animées déjà-là pour asseoir ses démonstrations. Nous proposons d’élargir cet usage et d’intégrer dans la sociologie visuelle la production photographique. La sociologie filmique est la sociologie qui intègre l’ensemble des processus de travail du sociologue et ceux du cinéaste. La sociologie visuelle et filmique combine l’appareillage scientifique et conceptuel de la sociologie avec le langage de la photographie et du cinéma. La sociologie filmique capture des images et des sons pour les monter dans la pertinence et la cohérence avec le sujet traité : ces processus font alors partie intégrante de la démarche sociologique.

10 – De la perception fragmentée du réel par l’homme à celle de la caméra

Notre perception du réel est fragmentée. Le film re-fragmente à son tour ce réel par des dispositifs techniques qui lui sont propres. Lors de la prise de vue et de son, puis du montage, le sociologue-cinéaste discrimine : il classe, ordonne et structure ces fragments du temps et de l’espace pour re-construire le sens dans le documentaire sociologique.

11 – Le documentaire sociologique cherche à s’affranchir de l’incompatibilité du mot et de l’image.

L’image ne permettant pas de conceptualiser, le documentaire sociologique recourt à la métaphore et cherche à inventer de nouveaux modes de re-présentation des concepts. On dépasse la perception première de l’image et du son: c’est sur cette image et sur ce son que l’analyse sociologique et filmique s’élabore.

12 – Le documentaire sociologique : combinaison des arts et de la raison

L’opposition longtemps formulée entre sociologie (didactique) et cinéma (émotion) trouve ici une résolution. Le documentaire sociologique relève de l’art cinématographique : il est le produit des tensions les préoccupations artistiques du cinéaste: narration, esthétique, réflexion et la démarche rationnelle et scientifique du sociologue. Être sociologue-cinéaste c’est saisir le social dans sa complexité avec l’image et le son pour le retranscrire avec les préoccupations esthétiques traversant l’écriture cinématographique.

13 – Complexité du réel et multidisciplinarité

La sociologie filmique est la combinaison de ces champs pluriels (ceux des divers métiers et des différentes disciplines) pour interroger un réel qui pose problème quant à son appréhension et à sa connaissance. C’est dans ce croisement-là, dans cette situation de distanciation et d’interrogation, qu’apparaissent les conditions de l’inventivité du documentaire sociologique.

14 – La sociologie filmique exige le temps long

La sociologie filmique exige le temps long dans la réalisation : au-delà de la démarche traditionnelle des sociologues, le documentaire sociologique réclame le temps de l’écriture, le temps de la rencontre (apprivoisement) avec le sujet et avec les personnages, le temps du montage, le temps de la diffusion… Il faut du temps pour avoir une parole vraie.

Joyce Sebag et le collectif Image et Société de l’Université d’Evry: Habib Tengour, Pierre Maillot, Sylvia Calle, Jean-Pierre Durand, Monique Peyrière, Jean Breschand, Jean-Pierre Lenoir, Réjane Vallée, Marina Galemberti, Nassim Cherikh, Alexandra Tilman, Virginie Villemin, Manon Ott, Gregory Cohen, Émilie Balteau, Hanane Idihia-Cabaret.